Tour de Burgos : Le gratin du peloton fait sa rentrée en Espagne

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Richard Carapaz, vainqueur de la 4e étape du Giro 2019
Richard Carapaz, vainqueur de la 4e étape du Giro 2019 | Luk BENIES / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après des mois de coupures alors que la saison cycliste avait à peine débuté, les rois de la pédale sont de retour. D’ici au départ du Tour de France le 29 août, le temps leur est compté. Et avant la première épreuve World Tour samedi en Italie avec les Strade Bianche, le départ du Tour de Burgos sonne l’heure de la reprise avec plusieurs cadors au rendez-vous.

Casting cinq étoiles au pays basque espagnol. A quelques jours des Strade Bianche où les meilleurs puncheurs du monde ont rendez-vous (Sagan, Alaphilippe, Van Aert, Van der Poel, Gilbert…), le peloton fait son retour à Burgos. En plein cœur de l’Espagne, cette course à étapes de l’UCI ProSeries - soit le deuxième échelon mondial après le World Tour -  a été cochée par plusieurs grands noms. Le but : préparer le Tour de France lors de ces cinq étapes escarpées dans les montagnes espagnoles.

La route du Tour passe par Burgos

Du 28 juillet au 1er août, on retrouvera ainsi David Gaudu, Remco Evenepoel, Matteo Trentin, Simon Yates ou encore Richard Carapaz sur les routes du Tour de Burgos. En plus de ce contingent XXL, auquel on peut ajouter les sprinteurs comme Mark Cavendish, Fernando Gaviria et Alexander Kristoff, on retrouve évidemment une délégation espagnole de haute, très haute volée. L’increvable Alejandro Valverde (double vainqueur de la course en 2004 et 2009) sera par exemple au départ, tout comme Enric Mas, Marc Soler, et Mikel Landa.  

Et tous auront pour ambition d'inscrire leur nom au palmarès d’une course dont les derniers vainqueurs ne sont pas n’importe qui : Mikel Landa, Alberto Contador, Rein Taaramäe ou encore Nairo Quintana, par deux fois. D’ailleurs, certains ne cachent pas leurs ambitions : “Nous allons là-bas pour soutenir Mikel Landa qui est dans une forme incroyable”, a ainsi prévenu Mark Cavendish. "Il va y avoir de la concurrence. Ce sera un bon test après 4 mois et demi sans courir. Je m'attends à ce que le niveau général soit très élevé", a de son côté anticipé Matt White, le directeur sportif de Mitchelton Scott.

à voir aussi Alaphilippe, Bernal : en Andorre, les stars du vélo déconfinées Alaphilippe, Bernal : en Andorre, les stars du vélo déconfinées

Côté français, David Gaudu sera le fer de lance de la Groupama-FDJ, qui n’alignera pas Thibaut Pinot sur ce coup. “J’espère bien que je pourrai performer là-bas. On ne fait pas des stages pour rien ! Maintenant, on ne sait pas trop comment les jambes vont répondre”, s’impatiente David Gaudu. Il poursuit : “Il y a deux belles arrivées au sommet qui me correspondent et j’ai envie de répondre présent. Si on peut aller chercher un beau résultat, on ne va pas s’en priver. Il n’y a pas d’objectifs précis si ce n’est de donner le meilleur. On espère que ça se passera bien mais je n’y vais pas en disant que je veux gagner le général. On prend ça avec des pincettes”. Avec des pincettes, mais aussi avec beaucoup d'envie.