Owain Doull
Owain Doull, victime d'une chute lors de la première étape du Tour d'Abu Dhabi. | Sophie Smith / Twitter

Tour d'Abu Dhabi : La polémique sur les freins à disques relancée

Publié le , modifié le

Les freins à disque sont-ils « mortels » ? C’est en tout cas ce que déplore Owain Doull, jeune coureur de l’équipe Sky, qui a lourdement chuté lors de la première étape du Tour d’Abu Dhabi, et dont les blessures sont vraisemblablement dûes à ce système de freinage. Une nouveauté dans le monde du cyclisme sur route, qui ne cesse de faire polémique.

«Pour être honnête, j'ai de la chance que ce ne soit pas une jambe qui ait été coupée», fustigeait hier Owain Doull, champion olympique de la poursuite par équipes. Le jeune coureur de 22 ans a été pris dans une chute qui a eu lieu dans l’emballage final de la première étape du Tour d’Abu Dhabi. Avec lui, Marcel Kittel, l’Allemand de Quick-Step Floors, seul coureur au départ avec des freins à disques sur son vélo. «C'est clairement un frein à disque qui a fait ça. Rien d'autre ne peut provoquer une telle coupure, c'est comme un couteau. A mon avis, si on ne les recouvre pas, ils peuvent être mortels», accusait le coureur de Sky, qui s’en sort avec quelques coupures, mais qui a vu sa chaussure sectionnée d’un bout à l’autre, vraisemblablement par le système de freinage de son adversaire.

Les freins à disque existent depuis longtemps dans le cyclisme, mais étaient essentiellement utilisés en cyclo-cross et VTT. Ils sont essayés sur route depuis l’été 2015, avec plus ou moins de réussite. Les équipementiers et sponsors y voient un réel potentiel économique, mais aussi une avancée sportive. Et ce, même si toutes les équipes qui composent le World Tour ne sont pas encore équipées par des freins à disques. Tom Boonen, vainqueur d’étape au Tour de San Juan (Argentine) en janvier dernier, avait reconnu être « fier d’être le premier à gagner avec des freins à disque ». Il avouait même qu’il s’agissait là du plus gros progrès connu dans sa longue carrière. Mais lorsqu’il y a des chutes, les dégâts sont tout de suite plus graves.

"Imaginez si c'était un peloton entier"

L’Union Cycliste Internationale (UCI) avait stoppé l’expérimentation des freins à disques en avril dernier, à la suite de l’incident dont avait été victime Fran Ventoso, sur Paris-Roubaix. Le coureur de Movistar avait vu son muscle tibial sectionné par un disque, alimentant ainsi les questions liées aux dangers provoqués par l’autorisation de ce système de freinage dans le peloton. Suite à l’incident d’hier, de nombreux coureurs du peloton se sont insurgés contre l’utilisation des freins à disques. « Et la sécurité des coureurs avant d’essayer de nouvelles technologies ? », s’est énervé Wout Poels, coéquipier de Doull. Le coureur français de la FDJ, Jérémy Roy, a quant à lui directement interpellé l’UCI : « Et maintenant, vous comprenez notre désaccord avec les freins à disques ? » Alex Dowsett, coéquipier de Ventoso chez Movistar, s’est lui aussi insurgé contre cette nouvelle expérimentation : « Gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un seul vélo avec des freins à disques, imaginez si c’était un peloton entier ».

Le 12 février dernier, la CPA (Coureurs Professionnels Associés), syndicat des coureurs, avait officiellement demandé à l’UCI de cesser cette expérimentation, assurant avoir l’appui de 600 coureurs. L’UCI avait répondu par un courrier, remettant en cause le chiffre sorti par l’association concernant le nombre de coursiers convaincus du danger de ce système, et assurant que leurs peurs étaient « généralement infondées ». Toujours est-il qu’au départ de la deuxième étape du Tour d’Abu Dhabi, ce vendredi, Marcel Kittel avait délaissé les freins à disques, "par respect" pour le reste du peloton.