Tom Boonen dans une forme suspecte
Le coureur belge aborde les semi-classiques belges dans une forme précaire | BERNARD PAPON - REUTERS

Tom Boonen en petite forme

Publié le , modifié le

Finies, les premières escapades de la saison sous le soleil cuisant d'Oman, de Majorque ou du Qatar. Place à la boue et aux pavés des semi-classiques flandriennes, habituées à lancer définitivement la saison cycliste, qui débutent dès ce weekend avec l'Omloop Het Nieuwsbald samedi et Kuurne-Bruxelles-Kuurne dimanche. Des courses taillées pour Tom Boonen, qui aura l'avantage de jouer à domicile. Mais si l'on en croit ses propos, le champion de Belgique est loin d'être à son top niveau.

Si son appellation est imprononçable, la course n'en demeure pas moins l'un des premiers rendez-vous importants de la saison. L'Omloop Het Nieuwsbald, qui s'élancera samedi depuis les Flandres, aura pour qualité de préparer le peloton pour les grandes classiques du printemps. L'occasion idéale, pour les amoureux des pavés, de retrouver leurs marques préférées dans un cadre moins exotique que les routes désertiques du Moyen-Orient.

Spécialistes de ces courses belges, le local Tom Boonen s'est montré particulièrement réservé quant à ses objectifs sur ce weekend d'ouverture. Après avoir roulé 130 kilomètres pour reconnaître un tracé légèrement modifié par rapport à l'an passé, l'ex-champion du monde a reconnu qu'il n'était pas au meilleur de sa forme, malgré une reprise rassurante sur le Tour d'Oman (septième au général). « Je ne suis pas mal mais l’année dernière j’étais mieux », a-t-il déclaré. « Samedi, je ne me vois pas batailler pour la victoire. À Oman, lors de la dernière journée, j’ai roulé 20 minutes à bloc. C’était la seule fois jusqu’à présent cette saison. Mon niveau de forme est donc une interrogation. »

« J'aurais pu perdre mon bras »

Si le coureur belge n'affiche que très modestement ses ambitions, c'est aussi parce qu'il a passé un hiver particulièrement compliqué, marqué par deux séjours à l'hôpital. En décembre, il subit une sérieuse infection intestinale, est admis aux urgences et reste 3 jours en observation. Il y perd 4 kilos. Moins d'un mois plus tard, il est hospitalisé d'urgence pour une nouvelle infection au niveau du coude, plus inquiétante celle-ci, contractée lors d'une chute en moutainbike près de son domicile. « J'aurais pu perdre mon bras », assure aujourd'hui Tom Boonen, opéré depuis.

S'il explique traîner encore une douleur gênante, le Belge a pourtant toutes les raisons d'être surmotivé à l'approche du Nieuwsblad, course où il est toujours parti favori sans jamais la remporter. « Je n'ai jamais été super sur cette épreuve d'ouverture », admet-il, comme l'an passé où il a échoué au sprint derrière Sep Vanmarcke, mais il craint que « la différence entre une étape du Tour d’Oman et une classique flamande » ne soit trop importante. « C’est dur à prédire ce qu’on peut attendre de moi, j’ai l’impression que ce sera tout ou rien. Je vais suivre et on verra le final ».

Réaliste, il ne choisira de valider sa participation à Kuurne Bruxelles-Kuurne qu'après la course de samedi, en fonction de ses sensations. « Nous allons attendre le Circuit Het Nieuwsblad pour décider », a déclaré Wilfried Peeters, directeur sportif d'Omega Pharma-Quick Step. « Et s’il fait Kuurne, ce sera au service de Mark Cavendish. »

Yoann Offredo en outsider

Samedi, les fers de lance de l'équipe de Tom Boonen s'appelleront donc Zdenek Stybar, Niki Terpstra et Sylvain Chavanel. Autre Français attendu sur les routes belges : Yoann Offredo (FDJ), de retour après un an de suspension pour manquement à la réglementation antidopage.

Mais les tricolores auront fort à faire sur le début de cette campagne de classiques, car si le champion du monde Philippe Gilbert fera l'impasse ce weekend, d'autres sérieux concurrents prendront le départ des deux flandriennes. L'Espagnol Juan Antonio Flecha, qui considère le Nieuwsblad comme « sa course préférée » (5 podiums lors des 6 dernières éditions !), est au moins aussi attendu que Thor Hushovd, Greg Van Avermaet et le vainqueur de l'an passé, Sep Vanmarcke. A moins qu'il n'ait décidé de jouer le bluff pour entamer sans pression les prochaines échéances, Tom Boonen devrait concourir dans l'ombre, et se contenter de profiter des pavés belges pour se refaire une santé. Vainqueur du Tour des Flandres et du Paris-Roubaix en 2012,  le Belge espère être de retour en forme d'ici avril pour défendre ses titres.