Terpstra
Niki Terpstra. | ERIC FEFERBERG / AFP

Terpstra enlève Paris-Roubaix

Publié le , modifié le

Niki Terpstra a remporté la 112e édition de Paris-Roubaix disputée ce dimanche sur 257 kilomètres dont 51,1 sur les mythiques pavés. Troisième l'an passé, cinquième en 2012, le Néerlandais s'est extirpé d'un groupe de 11 coureurs à six kilomètres de l'arrivée, signe la plus belle victoire de sa carrière. Pourtant victime de crevaisons, Arnaud Démare a terminé premier Français (12e).

Faisant partie de la petite dizaine d'outsiders au départ de la "reine des classiques", Terpstra a surpris un groupe qui réunissait pourtant les grands favoris, à savoir Fabian Cancellara et Tom Boonen. Le Suisse s'est contenté de la troisième place, derrière l'Allemand John Degenkolb et donc Terpstra. Ce dernier a d'ailleurs signé la moyenne la plus rapide de l'époque moderne, à plus de 45 km/h.

Le sixième succès néerlandais

Pourtant en difficulté dans le Carrefour de l'arbre, il s'est accroché, et a fini par triompher pour signer la sixième victoire néerlandaise dans l'Enfer du Nord", la 39e cette saison pour les Pays-Bas. "Ce n'est peut-être pas le plus beau jour de ma vie, mais certainement celui de ma carrière. J'ai attaqué, mais je ne savais pas combien de secondes j'avais d'avance, même sur la piste je ne savais pas de combien d'avance je disposais", a-t-il confié au micro de France Télévisions.

Cancellara "a donné le maximum" 

Donné grand favori à sa propre succession, Cancellara ne cachait pas sa frustration. "C'était vraiment difficile aujourd'hui. Le vent a changé un peu la course, et la chute aussi. J'ai dû changé de vélo, et dû revenir fort ce qui m'a coûté beaucoup d'énergie malgré le soutien de mon équipe. Le peloton était vraiment fort. C'est comme ça ! A la fin, QuickStep a fait la course, et cette équipe mérite le succès. Je peux être fier car j'ai donné le maximum", a toutefois admis le récent vainqueur du Tour des Flandres.

Boonen a tenté le coup

Autre favori, Tom Boonen a finalement terminé cette 112e édition en dixième position. Le Belge qui pouvait devenir le seul détenteur du record des victoires, a eu le mérite d'animer la course dans les 80 derniers kilomètres. Auteur notamment d'une attaque sur les pavés de Beuvry-la-Forêt, à plus de 60  kilomètres de l'arrivée, l'Anversois a souvent montré la voie à ses compagnons pour creuser l'écart sur le peloton de Cancellara, qui n'a jamais été pointé à plus  de 50 secondes.

Que du beau monde

Finalement, tout ce joli monde s'est regroupé à une vingtaine de  kilomètres de l'arrivée, avant le dernier secteur pavé difficile. Peter Sagan qui avait pris la poudre d'escampette s'est fait rejoindre par Vanmarcke, Cancellara, Degankolb et Stybar, puis ce groupe a été rejoint à moins de 9 kilomètres du vélodrome, par un autre groupe comprenant Bradley Wiggins (9e à l'arrivée). C'est donc à six kilomètres du Vélodrome que Terpstra a placé l'attaque décisive pour savourer le plus beau moment de sa carrière.

 L'arrivée victorieuse de Terpstra à Roubaix

Romain Bonte