Suspense intact sur le Tour de Suisse

Publié le , modifié le

Le Portugais Rui Faria da Costa (Caisse d'Epargne) a remporté la 8e et avant-dernière étape du Tour de Suisse courue entre Wetzikon et Liestal, près de Bâle. Il a devancé d'une quinzaine de secondes son équipier espagnol Jose Gil Rojas et le Belge Maxime Monfort (HTC Columbia). Sandy Casar (FDJ) termine en quatrième position à 34 secondes. Robert Gesink (Rabobank) reste le mieux placé pour la victoire finale.

Le Néerlandais, qui a terminé dans le peloton à un peu plus d'une minute, conserve le maillot jaune, 29 secondes devant le Colombien Rigoberto Uran et 36 devant le Suisse Steve Morabito. Frank Schleck  (4e) pointe toujours à 38 secondes, Lance Armstrong (7e) à 55 secondes et Andy  Schleck (11e) à 1 minute et 40 secondes.

Faria da Costa est parti seul à environ 9 kilomètres de l'arrivée, laissant  derrière lui Monfort, Rojas et Casar, rescapés d'une échappée lancée au 27e  kilomètre. Cette échappée, originellement composée de neuf coureurs (avec Danielson,  Vanotti, Rast, Nordhaug, Ciolek) n'avait pas compté plus d'une minute et demie  d'avance sur le peloton, avant des accélérations de Monfort et Casar qui l'a  fait éclater et permis de porter l'écart à un maximum de 2 minutes et 30  secondes. Au départ de cette 8e étape, l'équipe russe Katusha avait annoncé  l'hospitalisation dans la nuit précédente de son coureur luxembourgeois Kim  Kirchen, victime d'un malaise cardiaque. Le Tour de Suisse s'achève dimanche par un contre-la-montre de 26,9  kilomètres autour de Liestal.

 Classement de l'étape

1. Rui Costa (POR/GCE) les 172,4 km en 4h10:32. (moyenne: 41,3 km/h)
2. José Joaquin Rojas (ESP/GCE)                             à    0:15.
3. Maxime Monfort (BEL/THR)                                      0:19.
4. Sandy Casar (FRA/FDJ)                                         0:34.
5. Alessandro Vanotti (ITA/LIQ)                                  0:34.
6. Lars Petter Nordhaug (NOR/SKY)                                0:34.
7. Tom Danielson (USA/GRM)                                       0:39.
8. Daniele Pietropolli (ITA/LAM)                                 1:14.
9. Thor Hushovd (NOR/CTT)                                        1:16.
10. Robert Gesink (NED/RAB)                                       1:16.

Classement général

1. Robert Gesink (NED/RAB)                                   34h27:47.
2. Rigoberto Uran (COL/GCE)                                 à    0:29.
3. Steve Morabito (SUI/BMC)                                      0:36.
4. Frank Schleck (LUX/SAX)                                       0:38.
5. Joaquin Rodriguez (ESP/KAT)                                   0:42.
6. Matteo Carrara (ITA/VAC)                                      0:54.
7. Lance Armstrong (USA/RSH)                                     0:55.
8. Oliver Zaugg (SUI/LIQ)                                        1:01.
9. Jakob Diemer Fuglsang (DEN/SAX)                               1:17.
10. Thomas Lövkvist (SWE/SKY)                                     1:38.

Réactions

Rui Faria da Costa (POR/GCE),  vainqueur de la 8e étape: "On a bien collaboré (avec son équipier Rojas), ça m'a  beaucoup aidé pour la victoire. Le Tour de Suisse est une grande course et une  victoire d'étape ici, c'est bien. C'était une dure journée mais maintenant, nos  esprits sont tournés vers le Tour de France."
      
Robert Gesink (NED/RAB), leader du classement général: "Ca a été une journée  dure pour l'équipe, mais on a bien travaillé ensemble et ça faisait plaisir à  voir. Personnellement, je me suis senti très fort. (Le contre-la-montre final de  dimanche) Ce sera une bataille serrée et je tenterai tout pour gagner le Tour de  Suisse."
      
Johann Bruyneel, manager de RadioShack: "En théorie, (Lance Armstrong) peut  gagner, mais 55 secondes sur Gesink c'est beaucoup sur 27 kilomètres. Gesink a  un grand avantage, il est en forme avec un bon moral. Le contre-la-montre lui va  bien et 55 secondes c'est beaucoup."
      
Sandy Casar (FRA/FDJ) "Je pense que j'étais le moins fort de tous. Contre  deux coureurs de la Caisse d'Epargne, ce n'était pas possible de s'en sortir. Je  commence à être démoralisé. J'ai pris la pluie toute la semaine, j'ai des jambes  en bois, je ne récupère pas. Mais même si je n'ai pas gagné, ça fait quand même  du bien d'être devant. C'était un bon test parce qu'il y avait des similitudes  avec le parcours du Championnat de France (le 27 avril à Chantonnay)."