Sagan choisit Tour de France et Giro, impasses sur Paris-Roubaix et Tour des Flandres

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Peter Sagan lors de la 4e étape du Tour de France 2019.
Peter Sagan, sept fois maillot vert sur le Tour de France. | JEFF PACHOUD / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Slovaque Peter Sagan (Bora) a annoncé mardi sa participation aux prochains Tour de France (29 août-20 septembre) et Tour d'Italie (3-25 octobre), ce qui l'obligera à faire l'impasse sur le Tour des Flandres (18 octobre) et Paris-Roubaix (25 octobre), les deux monuments du cyclisme qui figurent à son palmarès.

"Cette année, je ne disputerai que deux classiques, les Strade Bianche (1er août, ndlr) et Milan-San Remo (8 août, ndlr)" a déclaré Peter Sagan lors d'une visioconférence depuis Solden (Autriche) où il est en stage avec son équipe.

"On a donné notre promesse l'année dernière à RCS (l'organisateur du Giro, ndlr) de participer au Tour d'Italie, et on veut la tenir, donc je ferai le Tour de France et le Giro. Si les Championnats du monde sont maintenus en Suisse entre ces deux épreuves (27 septembre, ndlr), le parcours sera trop dur pour moi, donc je n'irai pas. La saison sera très courte mais intense et on ne pourra pas tout faire, il faut faire des choix", a ajouté le triple champion du monde (2015 à 2017).

Impasse sur les pavés du Nord

"Mes gros objectifs seront le Tour de France, le Giro et Milan San-Remo", a poursuivi le Slovaque, qui tentera sur la Grande Boucle d'améliorer son record en raflant un 8e maillot vert. Le programme du coureur de 30 ans, qui comprendra également le Critérium du Dauphiné (12-16 août), ne lui permettra pas théoriquement de disputer Paris-Roubaix ni le Tour des Flandres, ses deux courses fétiches prévues durant le Tour d'Italie. Mais Peter Sagan a tout de même laissé la porte ouverte à une éventuelle participation à Paris-Roubaix, qui se déroulera le même jour que la dernière étape du Tour d'Italie.

"Le règlement de l'UCI n'autorise pas à quitter la course en cours, mais on peut demander la permission. On verra la situation lors du Giro. C'est encore loin", a-t-il expliqué. Le sprinteur de l'équipe Bora a précisé avoir passé le confinement à Monaco, où habitent également son ex-femme et son fils.

"J'étais tous les jours avec mon fils, c'était une très belle période pour moi que d'être avec lui, a-t-il raconté. J'ai aussi fait des exercices dans mon appartement mais pas énormément. Après la fin de la vague épidémique, je suis sorti et je me suis entraîné la première semaine seulement à Monaco parce que la France était encore confinée. Mais après le 11 mai, j'ai pu faire des sorties en France."

AFP