Joaquim (Purito) Rodriguez (Katusha)
Rodriguez termine en trombe | ERIC LALMAND / BELGA MAG / BELGA/AFP

Rodriguez, le sourire entre les gouttes

Publié le , modifié le

Joaquim Rodriguez a offert à l'Espagne sa toute première victoire en 106 éditions du Tour de Lombardie, samedi. Le coureur Katusha s'empare de la première place du WorldTour.

Y aurait-il enfin une justice pour Joaquim Rodriguez ? Malheureux sur le Giro, puis sur la Vuelta, deux grandes courses qui lui tendaient les bras, absent des Jeux Olympiques et en retrait aux Mondiaux de Valkenburg (39e), dauphin de Bradley Wiggins au classement du World Tour, Purito rongeait son frein et finissait sans doute par croire qu'il serait l'un des grands maudits de l'année 2012. La Flèche Wallonne, sa première victoire sur les Ardennaises, n'étant qu'une maigre consolation. Samedi, la roue a semblé enfin tourner pour le Catalan : en remportant sur le Tour de Lombardie, il s'empare – sans doute définitivement – de la première place mondiale.

Il faut dire que tout était écrit pour Rodriguez. Wiggins et Evans étaient au nombre des absents avant le départ de l'épreuve. Liste à laquelle s'est ajouté un Valverde grippé le matin même. Et puis, c'est le champion du monde Philippe Gilbert, venu étrenner son beau maillot de champion du monde, qui a quitté prématurément la course, victime d'une lourde chute sur la chaussée détrempée dans la descente du mur de Sormano. Avec ses pentes à 28%, le juge de paix de ce Tour de Lombardie a été fatal à de nombreux coureurs, réduisant le peloton principal à une trentaine de coureurs. Sormano, qui faisait son retour sur le tracé après 50 ans d'absence, a également permis au Français Romain Bardet (AG2R) de s'illustrer, lancé dès le sommet dans un numéro en solo durant 30 kilomètres avant d'être repris dans la montée du Ghisallo.

Rodriguez fait coup double

Sous les trombes d'eau qui ont balayé la Lombardie une bonne partie de l'après-midi, Rodriguez a patiemment attendu son heure. Dans la dernière ascension, Villa Vergano, en opportuniste, il a déclenché son attaque à moins de 10 km de l'arrivée à Lecco pour reprendre Rui Costa, dernier à l'offensive avant lui, et filer dans la descente finale pour s'imposer en solitaire au terme des 251km. Partis trop tardivement Contador, le tenant du titre Zaugg, Quintana, Uran et Santambrogio ne sont jamais parvenus à reprendre la poignée de secondes les séparant de l'homme de tête. Au contraire, ils ont fini par se faire damer le pion sur la ligne par Samuel Sanchez (Euskaltel), revenu dans la descente, pour prendre la deuxième place à l'arrivée devant Rigoberto Uran (Sky).

Grâce à ce succès, Joaquim Rodriguez devient le premier Espagnol en 106 éditions à remporter le Tour de Lombardie. Un Top 9 lui suffisait pour devancer Wiggins au classement World Tour. Le coureur de 33 ans se disait même près à aller à Pékin pour la dernière épreuve du calendrier s'il se ratait en Italie. Mais cette fois, le week-end transalpin lui aura été favorable et Purito fait coup double. Il n'aura pas à effectuer de périple en Chine, là où de toute façon ses rivaux ne se rendront également pas. "J'ai vécu une journée extraordinaire. J'ai senti dès ce matin que ce  serait une grande journée. C'est la victoire de ma vie, elle couronne une année parfaite. Je suis comblé même si j'ai encore du mal à réaliser ce que j'ai fait, confie-t-il. Le WorldTour était l'un des objectifs. Ça contribue à rendre cette journée parfaite." Une année 2012 ponctuée d'un titre de numéro un mondiale, ce n'est finalement pas si mal que ça…

CLASSEMENT DE L'EPREUVE

1. Joaquim Rodriguez (ESP/KAT), les 251 km en 6 h 36:27.
2. Samuel Sanchez (ESP/EUS) à 09.
3. Rigoberto Uran (COL/SKY) m.t.
4. Mauro Santambrogio (ITA/BMC) m.t. 
5. Sergio Henao (COL/SKY) m.t. 
6. Ryder Hesjedal (CAN/GRM) m.t.
7. Bauke Mollema (NED/RAB) m.t. 
8. Oliver Zaugg (SUI/RSH) m.t. 
9. Alberto Contador (ESP/SAX) m.t. 
10. Fredrik Kessiakoff (SWE/AST) m.t.
...
18. Jean-Christophe Péraud (FRA/ALM) à 1:25.