Robert Marchand
Robert Marchand sur la piste du Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines à 105 ans | AFP - PHILIPPE LOPEZ

Robert Marchand établit le record de l'heure à 105 ans: 22.547km

Publié le , modifié le

Dans le Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, Robert Marchand a été le premier cycliste de l'Histoire à établir un record de l'heure. Devant un public nombreux, le centenaire a roulé 22.547km pendant une heure. C'est un exploit sportif, mais surtout une performance qui fera date, et qui pourrait beaucoup d'enseignements à la médecine. Voici trois ans, à 102 ans, il avait amélioré le record de l'heure pour cette catégorie d'âge avec 26.927km.

Jamais un homme de cet âge n'avait roulé aussi longtemps. A 105 ans, trois ans après avoir battu le record de l'heure pour un homme de 102 ans, avec 26.927km, Robert Marchand a été le premier à passer une heure sur une selle de vélo, devant les caméras du monde entier.

Heureux, fatigué mais tellement satisfait, il n'a pas attendu trop longtemps pour confier son bonheur d'avoir réalisé un nouvel exploit au micro de Daniel Mangeas, l'ancien speaker du Tour de France. 

"Ca va bien", a-t-il déclaré après plus de 90 tours de piste, entouré par une nuée de journalistes, se disant surpris d'être déjà arrivé. "Je croyais que j'avais encore des kilomètres à parcourir, j'aurais pu aller plus vite", a lancé le centenaire, à peine essoufflé, qui avait sensiblement pris de la vitesse dans les derniers tours. "Maintenant j'attends mon adversaire", celui qui parviendra à battre son record, dans la toute nouvelle catégorie du record de l'heure des plus de 105 ans, a-t-il plaisanté.

"Une forte détermination"

Sa performance, pour être homologuée par l'Union cycliste internationale (UCI), doit encore passer le cap des tests antidopage. Quelques jours avant sa tentative, il avait déclaré viser les 23 ou 24km. "Si je faisais 30, on dirait que j'étais dopé". L'humour, l'Amiénois de naissance ne s'en départit jamais. Né un 26 novembre 1911, il a vécu les deux Guerres Mondiales, a traversé la Guerre Froide, et a bourlingué au Vénézuela et au Canada. Bref, l'homme a du recul. 

Seule l'audition lui rappelle les années qui passent. Ou presque. Des tests ont montré qu'il avait gagné en vélocité, mais perdu en puissance. "Tant pis je me contente de la vélocité". Sans se départir de son rire, il raconte ressentir depuis peu une forme de "déchéance". Il ne craint pas la mort, assure-t-il, seulement la paralysie. En ce mercredi 4 janvier 2017, rien ne l'a empêché de pousser l'exploit un peu plus loin. Sans que cela étonne ceux qui l'entourent, et notamment la physiologiste et professeure d'université Véronique Billat, qui le suit depuis son passage dans le club des centenaires: "Il a une forte détermination, il ne doute pas, il n'a pas peur de tenter des choses". Il l'a encore montré.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze