Porte
Richie Porte | LUK BENIES / AFP

Richie Porte rejoint BMC pour être leader

Publié le , modifié le

Après avoir une nouvelle fois joué l'équipier de luxe dans l'équipe Sky auprès de Chris Froome pour l'aider à gagner le Tour de France, qu'il a lui-même terminé à la 48e place, l'Australien Richie Porte va quitter la formation britannique pour rejoindre BMC l'année prochaine. C'est ce qu'a annoncé samedi l'équipe américaine.

Richie Porte avait souvent fait savoir ces derniers temps qu'il envisageait maintenant de trouver une équipe où il pourrait prendre des responsabilités, en devenir le leader. Depuis quatre ans chez Sky à donner le meilleur pour Wiggins d'abord puis pour Froome, Richard Porte affirme des velléités d'indépendance. A 30 ans, il estime être au mieux de sa forme et pouvoir se comporter en vrai leader. 

La seule fois que l'équipe britannique lui avait assigné ce rôle, c'était le Giro en mai dernier. Il avait abandonné la course alors qu'il avait pris un éclat lors de la 15e étape. S'il a déjà remporté des épreuves de prestige comme Paris-Nice, il va devoir affirmer qu'il peut maintenant tenir la cadence au plus haut niveau trois semaines sur les grands tours. Ce qu'il n'a jamais prouvé jusqu'alors. "C'est excitant d'être dans une équipe où je vais avoir tant de  possibilités pour gagner des courses", a déclaré le coureur.

Il devra aussi sans doute régler le problème du leadership. Car s'il vient pour être N°1 dans son esprit, on ignore la position de BMC par rapport à son chef de fil actuel, Tejay Van Garderen, longtemps 3e du Tour avant d'être contraint à l'abandon. Il n'est pas certain que la cohabitation puisse se passer sans heurts. Même si Porte a tenu une discours rassurant. "L'an prochain, pourquoi ne pas avoir un ticket Tejay van Garderen et moi au Tour de France ? Nous nous entendons bien". La formation américaine a réalisé un gros coup en faisant signer Richie Porte. Elle va devoir maintenant gérer l'organisation de l'équipe en fonction des compétitions et en tenant compte de ses deux leaders potentiels. 

Christian Grégoire