Pauline Ferrand-Prévot
Pauline Ferrand-Prévot a été étincelante en 2015 | Pancer Vaclav/AP/SIPA

RETRO. Pauline Ferrand-Prévot et trois arcs-en-ciel

Publié le , modifié le

En 2015, Pauline Ferrand-Prévot a détenu simultanément trois maillots de championne du monde. La meilleure cycliste de la planète est aussi l'une des plus grands sportives tricolores. Elle se souviendra longtemps de l'année qui vient de s'écouler.

C’est l’histoire d’une gamine de 23 ans qui s’offre une place parmi les meilleurs sportifs français du moment, aux côtés de Teddy Riner, Nikola Karabatic, Tony Parker et Renaud Lavillenie. Une jeune femme de 23 ans qui marque l’histoire de son sport à chaque sortie ou presque. L’histoire aussi d’une saison démarrée sur les chapeaux de roue et qui se termine avec une belle déception.

L’histoire de cette année 2015 fantastique pour Pauline Ferrand-Prévot débute en fait le 27 septembre 2014 quand la Rémoise décroche le titre de championne du monde sur route à Ponferrada (Espagne). Un arc-en-ciel.

Sacrée Championne des championnes Françaises 2014 par L’Equipe (à nouveau cette année), celle que l’on surnomme "PFP" fait déjà partie du gotha. Mais elle a en tête un pari fou : Ferrand-Prévot lorgne les trois maillots de championne du monde (la route qu’elle possède, le cyclo-cross et le cross-country ou VTT).

Les flocons de Tabor 

Pauline Ferrand-Prévot, à Tabor
Pauline Ferrand-Prévot, à Tabor

Loin du bitume ardent de Ponferrada, c’est sur la boue de l’hiver que Pauline-Ferrand Prévot démarre sa formidable année. Championne de France de cyclo-cross pour la seconde année consécutive, la Française se présente en outsider sur la ligne de départ des Mondiaux à Tabor (République Tchèque). Sous la neige, Ferrand-Prévot se livre à un duel épique avec la Belge, Sanne Cant qu’elle ne parvient pas à décramponner avant le sprint final. Maculé de boue, son visage s’illumine au passage sur la ligne. Quinze secondes plus loin, la sextuple championne du monde en titre (!), son amie et rivale Marianne Vos, prend la médaille de bronze. "Techniquement, j'ai beaucoup de retard, estimait alors la Néerlandaise. [...] J'ai sous-estimé la  difficulté de combiner le VTT et la route". Pauline Ferrand-Prévot l’a parfaitement mesurée. Mieux, elle l’a dominée. Deux arcs-en-ciel.

La saison sur route de la meilleure cycliste française est moins brillante que la précédente. Vainqueur de la Flèche Wallonne en 2014, "PFP" termine 8e en 2015. Deuxième du Giro en 2014, la Française se contente d’une 6e place. Elle décroche cependant une victoire d’étape de prestige à Aprica et un nouveau titre de championne de France. Après un printemps décevant, la fin de l'été sonne l'heure de la consécration.

Vallnord, la consécration

C’est en Andorre, à Vallnord, un nom qui fleure bon Game of Thrones, que Pauline Ferrand-Prévot va définitivement marquer l’histoire de son sport. Plus qu’une victoire, c’est une démonstration qu’offre la Française aux Mondiaux de cross-country (VTT). Aux commandes dès le premier tour, la Rémoise met près d’une minute dans la vue de sa plus proche rivale, si tant est que l’on puisse utiliser ce terme. "Je ne réalise pas. C'est génial, gagner, lever les bras, j'adore ça", déclarait-elle alors. Trois arcs-en-ciel. 

Avec ce titre, Pauline Ferrand-Prévot entre tout simplement dans l’histoire de son sport en devenant la première athlète à porter le maillot irisé dans les trois disciplines différentes. "Ça m'a mis un peu de pression, donc j'ai essayé de me dire ‘si tu vas le chercher c'est bien, si t'y vas pas, t'es jeune, t'as 23 ans’, t'auras d'autres chances".

Et peu importe qu’elle ait dû abandonner son titre sur route en prenant la sixième place à Richmond aux Etats-Unis  quelques semaines plus tard, personne n’oubliera cette année formidable. Et peu importe qu’elle doive lâcher aussi celui de cyclo-cross en janvier après sa fracture du plateau tibial survenue fin novembre et qui va l’empêcher de disputer la saison hivernale. Quand elle reviendra, elle sera toujours celle qui a porté les trois maillots les plus prestigieux de son sport. Ne lui restera plus alors qu’à les conquérir à nouveau et à lorgner l'or olympique à Rio.