Warren barguil
Warren Barguil, bras en écharpe, en janvier 2016 après son accident | BRUNO PERREL / LE TELEGRAMME

Quinze jours après avoir été percutés par une voiture, Barguil et ses coéquipiers vont mieux

Publié le , modifié le

Il y a quinze jours, l’équipe Giant-Alpecin connaissait l’horreur en voyant six de ses coureurs (dont les leaders Barguil et Degenkolb) se faire percuter par une voiture qui roulait à contre-sens, à Calpe (Espagne). Passés l’effroi et le choc des premiers jours, tous se portent désormais bien. Et commencent à raconter ce qui s’est passé, en songeant à la reprise de la compétition.

C’est peut-être le pire cauchemar de tout cycliste professionnel, amateur ou passionné du dimanche : se faire percuter par une voiture. Face aux quatre-roues, le seul port du casque paraît bien maigre comme protection. Les coureurs de Giant-Alpecin s’en rendent désormais compte : le 23 janvier dernier, six d’entres eux (Ramon Sinkeldam, John Degenkolb, Warren Barguil, Chad Haga, Fredrik Ludvigsson et Max Walscheid) ont échappé au pire. Le Français Warren Barguil est dans les premiers à raconter ce qui s’est passé. Il le fait au cours d’une conférence de presse, dans sa ville d’Hennebont (Bretagne), scaphoïde cassé.

"C’était le premier jour de notre camp d’entraînement. On rentrait tranquillement à notre hôtel après nôtre sortie. J’étais à l’avant du groupe, à passer un relais. 300 mètres plus loin, une voiture prenait un virage. J’ai pensé qu’elle arrivait simplement trop vite, puisqu’elle était sur la voie de gauche. Mais finalement elle n’allait pas trop vite, elle roulait juste à gauche", raconte-t-il. La conductrice en question, âgée de 73 ans, était en effet anglaise. Le grimpeur breton continue : "Elle ne s’est pas arrêtée, et elle a freiné au moment du premier impact. Je roulais à 47 km/h, et elle à 50 km/h… Il n’y avait pas de bas-côté, le bas-côté c’était des pierres. J’ai essayé de me ranger un maximum sur le côté, avant le choc".

S’ensuivent alors les longues minutes au sol. Le choc. "On est resté assez longtemps par terre. On vérifiait si tout le monde allait bien. Un seul coureur a réussi à éviter la voiture, c’est lui qui a appelé les secours. Il a pris une de ses manchettes pour faire un garot à un des coureurs ". Chad Haga est l’un des coureurs les plus touchés par l’accident. Atteint au genou et au visage (96 points de suture au total), le jeune homme de 27 ans se rappelle par bribes ce qui lui est arrivé, au site Cyclingtips : "J’ai quelques souvenirs, de voir par exemple la voiture avant l’impact. Je me souviens aussi de comment ma tête a percuté la voiture. Ma première réaction a été de penser que ma carrière était finie, et que je ne voulais plus jamais remonter sur un vélo de route de toute ma vie."

Après le choc, la reprise : tous courront cette saison

Fractures, points de suture, contusions : tel est le bilan médical des six coureurs touchés par l’accident. Tous pourront remettre un dossard cette saison, et remonter sur le vélo accomplir leurs objectifs. Pour Barguil, les Ardennaises, le Tour et les Jeux Olympiques sont en ligne de mire. Pour Degenkolb, vainqueur sortant de Paris-Roubaix et Milan-San-Remo, le retour sera plus difficile. Blessé à la cuisse et gravement à une main, souffrant également d’une fracture à l’avant-bras , le leader de Giant est indisponible pour au moins trois mois. Mais le sprinteur allemand a tenu à rassurer ses fans via les réseaux sociaux. "Dege" y poste en effet une photo de lui sur un vélo… accoudé à un bureau, et dans son appartement. Mais le sourire y est, et l’optimisme revient.

Deux jours après l'accident, Chad Haga fait déjà de l’humour sur les réseaux sociaux, en racontant avec auto-dérision ce qui lui est arrivé. "Nouvelle technique pour perdre du poids : prenez vous une voiture en pleine face, vous ne mangerez pas pendant plusieurs jours", "J'ai fait peur pour la première fois de ma vie à un enfant", ou encore "Mon plus grand challenge du moment : les escaliers, et les regards des autres"... Le coureur américain se rétablit vite, et fait partager à sa communauté son bonheur d'être toujours en vie. 

Tout comme ses coéquipiers, notamment Warren Barguil qui a repris le vélo sur home-trainer, mais pense déjà à son retour sur la route : "On est tous des compétiteurs, c’est ce qui nous fait avancer. Remonter au plus vite sur le vélo, c’est ça qui va me faire oublier cet accident. C’est comme quand on tombe de cheval, il faut remonter dessus au plus vite." Fredrik Ludvigsson a quant à lui repris l'entraînement, et a roulé sur la route où a eu lieu l'accident, sans problèmes cette fois. Ramon Sinkeldam continue de rouler sur un home-trainer, chez lui. Max Walscheid devra attendre plusieurs mois avant de pouvoir reprendre la compétition. Mais pour lui comme pour ses coéquipiers, le pire est désormais derrière eux.