portrait Christian Prudhomme directeur du Tour de France (2008)
Christian Prudhomme | AFP - Joël Saget

Prudhomme impatient d'en savoir plus sur l'affaire Contador

Publié le , modifié le

Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, s'est dit impatient, d'avoir une "réponse" sur la sanction du champion espagnol Alberto Contador contrôlé positif à un test antidopage. La Fédération espagnole de cyclisme doit annoncer procghainement sa décision finale sur la sanction du cycliste espagnol qui risque un an de suspension, ce qui l'empêcherait de participer au Tour 2011.

"La seule chose que nous voulons c'est avoir une réponse pour pouvoir travailler", a indiqué Prudhomme, lors de la présentation à la presse de la candidature de la ville de Barcelone pour accueillir le départ du Tour 2014.  "Nous n'avons qu'un seul désir: avoir une réponse. C'est le plus important.Trop souvent nous sommes dans le gris", a commenté le patron du Tour à proposde l'affaire Contador.  "Il y a une lutte antidopage et nous sommes complètement solidaires tantavec les instances du sport qu'avec celles de la lutte antidopage", a ajoutéChristian Prudhomme.

Contador , 28 ans, a subi le 21 juillet 2010 à Pau un contrôle antidopage positif qui a révélé des traces infimes de clenbutérol, un produit qui stimule la fonction pulmonaire et possède aussi des effets anabolisants.   Le triple vainqueur du Tour de France (2007, 2009 et 2010) s'est toujours défendu en affirmant avoir été victime d'une contamination alimentaire.    Il risque une suspension d'un an, sanction proposée par la Fédération espagnole de cyclisme, et la perte de sa victoire dans le Tour 2010.

Contador dénonce des pressions

Alberto Contador a d'ailleurs dénoncé dans une interview des pressions dans cette affaire de l'Union cycliste internationale (UCI) et de l'Agence mondiale antidopage (AMA). "La pression de l'UCI et de l'AMA a eu beaucoup de poids dans la proposition de sanction" de la Fédération espagnole de cyclisme annoncée le 26 janvier. La fédération  doit donner très prochainement son avis final sur cette sanction, contre laquelle Alberto Contador  avait fait appel. Le coureur s'est dit prêt "à toutes les batailles qui se présenteront" mais a affirmé ne plus croire dans le système de lutte antidopage. Il s'est encore dit "dégoûté et déçu" de l'attitude de la Fédération, affirmant que son cas "était politisé depuis longtemps" ce qui, selon lui, lui a porté préjudice.  "La Fédération dispose de toutes les informations que nous avons présentées. Il s'agit d'un important travail qui clarifie tout et ils pourraient s'appuyer sur un article qui fasse justice. Mais ils ne l'ont pas fait et pour cette raison je suis déçu", a-t-il ajouté.  Contador  s'est dit impatient de connaître la décision définitive et a affirmé n'avoir "aucune intuition concrète" à ce sujet, en espérant seulement "que justice soit faite".