Jesus Manzano devant Richard Virenque
Jesus Manzano devant Richard Virenque lors de la 7e étape du Tour de France au cours de laquelle l'Espagnol tombera, évanoui | AFP - FRANCK FIFE

Procès Puerto: Manzano accable Fuentes

Publié le , modifié le

Partie civile dans le procès de l'affaire Puerto, Jesus Manzano, ancien coureur de la formation Kelme, a enfoncé le Dr Eufemiano Fuentes lors de son témoignage: "Il y aurait pu y avoir un mort", a-t-il dit au sujet des pratiques dopantes organisées. Et son récit, qu'il fait dans la presse depuis de longues années, est sidérant.

Depuis 2004, Jesus Manzano livre au plus offrant les récits du dopage tel qu'il l'a vécu entre 2000 et 2003 au sein de la formation Kelme. Ce sont ses déclarations qui ont mis la police espagnole sur la piste du Dr Eufamiano Fuentes, pour aboutir à l'affaire Puerto. A Madrid, en ce mercredi, c'est la première fois qu'il livre sa vérité devant un tribunal. Et ni le lieu ni les années n'ont aseptisé ses propos.

Hormones de croissance, hormone féminine (HMG), Androgel (testostérone),  cortisone, Actovegin (sang de veau), nandrolone, EPO russe et chinoise et  albumine pour faire baisser l'hématocrite, tous ces produits - en plus des autotransfusions - étaient livrés à Manzano et à d'autres coureurs de Kelme par Eufemiano Fuentes ou Walter Viru, selon l'ex-coureur. "Fuentes a été médecin-chef de l'équipe entre 2001 et 2003 avec une  interruption fin 2002-début 2003 où c'est Walter Viru et Alfredo Cordova qui se  sont occupés de l'équipe", a précisé Manzano.

Un évanouissement en pleine échappée du Tour

Au cours de sa déposition, l'ancien coureur espagnol est revenu sur l'épisode le plus révélateur de cette période, lors du Tour de France 2003: "Au matin de la 7e étape, le directeur (Vicente Belda) m'a envoyé voir le médecin (Walter Viru) dans sa chambre. Celui-ci m'a injecté 50 ml d'Oxyglobin  (hémoglobine d'origine canine). Durant l'étape je m'échappe, mais je commence à  me sentir mal, mal, mal et je m'évanouis. On m'a emmené à l'hôpital où les directeurs sportifs sont venus expressément me voir pour me dire de ne surtout  pas dire ce qu'ils m'avaient donné, qu'à cause de cela, en France, on risquait  tous la prison. Après cet épisode, je ne me suis plus jamais senti le même, physiquement", a assuré Manzano.

L'Espagnol de 35 ans, toujours très clair dans sa déposition, a également  précisé que tous les coureurs de l'équipe Kelme de l'époque s'étaient dopés, à  l'exception d'un seul coureur, Juan Miguel Cuenca Martinez. "Il n'utilisait pas de produits dopants parce qu'il avait eu un problème d'inflammation des veines. Le reste, si". Malheureusement, la portée de ce témoignage aurait pu être amplifiée par la comparution d'un autre témoin, le Dr Francisco Aguanell. Ce dernier avait ausculté Manzano et devait présenter aujourd'hui un rapport médical détaillant les problèmes de santé de son patient pouvant résulter des autotransfusions et des produits dopants délivrés par Fuentes. Mais cet homme est décédé hier, d'une crise cardiaque. "Le rapport sera toutefois lu lors de l'audience, et nous en avons par  ailleurs un deuxième, d'un autre médecin", avait précisé Carlos Sanchez, l'avocat de Manzano.