Christopher Froome
Christopher Froome. | jeff pachoud / AFP

Pour Froome, Quintana est son adversaire N.1

Publié le , modifié le

Le Colombien Nairo Quintana sera le "principal adversaire" de Chris Froome sur le Tour de France qui s'élance samedi du Mont-Saint-Michel, a déclaré jeudi le Britannique. Deuxième derrière Froome en 2013 et 2015, Quintana était à l'époque "un outsider". Un statut qui a évolué depuis estime le leader de l'équipe Sky qui s'est dit "en grande forme" à deux jours du départ. Entretien avec le coureur britannique avant le départ samedi au Mont Saint-Michel.

Comment vous sentez-vous à J-2 ?
Christopher Froome : "Je me sens très privilégié d'être à la tête d'un groupe de mecs aussi formidable. J'arrive en pleine forme, après le Dauphiné qui a été une confirmation pour moi. Je me sens prêt pour ce Tour de France. Cela dit, je sais que rien n'est acquis, tout peut arriver et il y a beaucoup de choses qui ne dépendent pas de nous. C'est mon plus grand défi: remporter un troisième Tour de France. Mais avec ce groupe autour de moi, je me sens très en confiance, avec une équipe sur laquelle je peux m'appuyer."

Votre préparation a-t-elle été différente cette année ?
C.F. : "Oui, notamment en raisons de facteurs personnels. Ma femme et moi venons juste d'avoir notre premier fils. C'est bien pour moi d'avoir un sujet de concentration différent. J'ai essayé de passer un peu plus de temps à la maison. Ca a changé les choses. Mais je suis content de notre préparation. Mon objectif est d'être plus fort dans la troisième semaine que je ne l'ai été dans le passé."

Vous êtes le grand favori à votre propre succession...
C.F. : "Nous partirons samedi tous à égalité. Tout ce qui s'est passé jusqu'ici ne compte plus. Tout est remis à zéro."

Comment jugez-vous l'état de forme de Nairo Quintana ?
C.F. : "Je pense qu'il est plus motivé que jamais. Sur les deux Tours que j'ai pu gagner, il était outsider. A l'heure, sur le papier comme sur le terrain, c'est mon plus grand adversaire, mais en aucun cas nous ne pouvons tirer un trait sur les autres adversaires. Tout le monde est un adversaire jusqu'à ce qu'il perde du temps au classement général."

Le parcours cette année vous avantage-t-il ?
C.F. : "Le tracé cette année est fait pour les grimpeurs. Même les deux contre-la-montre sont pour les grimpeurs. Il y a beaucoup de montagne dans ce Tour de France. Ce sera un Tour pour les grimpeurs et c'est sur cette base-là que nous avons constitué l'équipe qui m'entoure aujourd'hui."

AFP