Richie Porte, Paris-Nice
Richie Porte | JEFF PACHOUD / AFP

Porte, belle allure !

Publié le , modifié le

On l'attendait, l'arrivée à La Montagne de Lure a fait la différence sur ce Paris-Nice. Au sommet, c'est l'Australien Richie Porte qui l'a emporté devant Menchov et Talansky . Le coureur de la Sky fait coup double et s'empare du maillot de leader. L'habituel équipier modèle de Wiggins et Froome s'est transformé en leader de choix sur cette 5e étape. Il est plus que jamais en position idéale pour remporter la plus belle course de sa carrière.

Quand les chats ne sont pas là, les souris dansent... Ce proverbe Richie Porte l'a appris par coeur. En l'absence de Bradley Wiggins et Chris Froome, le coureur australien de 28 ans s'est vu attribuer la responsabilité de mener le Team Sky sur ce Paris-Nice. Prudent depuis le début de l'épreuve, Porte attendait son heure. Et elle est venue dans cette cinquième étape qui menait les coureur de Châteauneuf-du-Pape à la Montagne de Lure (176km). Patient jusqu'aux derniers instants, le coureur de la Sky a profité d'une erreur tactique de Talansky pour s'envoler. Le leader de Paris-Nice s'est brûlé les ailes en tentant sa chance à plusieurs reprises. La jeunesse face à l'expérience. Porte n'a accéléré qu'une fois mais ce fut la bonne. "A un peu plus d'un kilomètre de l'arrivée, le coureur Sky s'est dressé sur les pédales pour contrer une accélération du coureur de la Garmin.

Porte poursuit la tradition

Profitant d'un train Sky toujours très bien organisé, Porte a pu contrôler l'échappée du jour, et ses quatre représentants, à savoir Hupond, Longo, Lemoine et Voigt. "C'était millimétré aujourd'hui, comme  d'habitude dans notre équipe. On a pris le contrôle de la course dès le début  de l'ascension, a déclaré le vainqueur à l'arrivée. Je dois remercier mes équipiers comme Xandio, Siutsou, Lopez,  qui ont fait un très gros travail. J'ai beaucoup appris auprès des leaders, de  Contador chez Saxo, de Wiggins et Froome chez Sky." Le vétéran allemand a eu beau poursuivre l'aventure un peu plus longtemps que les autres en attaquant au pied de l'ultime ascension. Peine perdue, il était repris à sept kilomètres de l'arrivée. On pense alors que les leaders vont s'expliquer mais le rythme imprimé par David Lopez-Garcia (Sky) empêche toutes les velléités offensives.

C'est Michele Scarponi qui lâche la première véritable banderille à quatre kilomètres de l'arrivée. Malheureusement pour lui, Talansky avait décidé de tenter sa chance aujourd'hui. Mauvais choix. Un peu juste sur ses trois accélérations, il finit par voir Porte se détacher inexorablement. Le meilleur jeune du Tour d'Italie 2010 termine l'étape avec 26 secondes d'avance sur Menchov et 33 sur Talansky qui règle le groupe des favoris. Jean-Christophe Péraud est le premier français de l'étape à la 7e place avec 33 secondes de retard sur le vainqueur du jour. Hivert est 11e (à 46 secondes), Chavanel, un peu juste dans le final, est juste derrière dans le même temps.

Spécialiste du contre-la-montre, Porte est plus que jamais favori de ce Paris-Nice. Il pourrait s'inscrire dans la continuité de Bradley Wiggins, vainqueur l'an dernier. Au général, il dispose d'un matelas confortable de 32 secondes d'avance sur Talansky et 42 secondes sur Westra, Péraud est 4e à 49 secondes. Avant le contre-la-montre de dimanche au Col d'Eze, on voit mal comment Richie Porte ne pourrait pas emporter la première grande course de sa carrière. "L'an prochain, j'espère être leader sur une course que j'adore, le Giro, a confié l'Australien. J'ai couru en amateur en Italie, j'ai porté le maillot rose. Je pense qu'il sera temps pour moi de jouer le classement général d'un grand  tour." Une victoire finale sur la course au soleil donnerait sûrement plus de crédit au coéquipier de Froome et Wiggins.

Le dernier kilomètre de la 5e étape:

Voir la video