François Pervis
François Pervis | KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

Pervis qualifié...puis disqualifié

Publié le , modifié le

François Pervis pensait s'êter mis dans les meilleures dispositions pour aller chercher une nouvelle médaille aux championnats du monde sur piste à Minsk, en se qualifiant pour la finale du keirin après avoir facilement remporté sa série. Hélas pour lui, il a été ensuite déclassé par le jury pour s'être rabattu vers l'intérieur alors qu'un adversaire s'y trouvait déjà. Le Français est donc privé de finale dans une épreuve dans laquelle il avait toutes les chances d'accrocher une place sur le podium.

C'est une vrai déception pour le Lavallois de 28 ans, qui arrive cette année à parfaite maturité, avec de la puissance et de la maîtrise technique. Il pensait pouvoir poursuivre sur sa lancée en ajoutant  une médaille à sa collection après avoir déjà obtenu dans ces Mondiaux l'or du kilomètre individuel, et le bronze dans l'épreuve de vitesse par équipes.

Muet de déception, Pervis a ravalé sa rage pendant que son entraîneur Florian Rousseau allait voir les commissaires. "Ils ont appliqué strictement le règlement", a expliqué ensuite le champion olympique de keirin (2000) à propos de la faute reprochée au Français, s'être rabattu dans le couloir occupé par Jason Kenny, "sa roue arrière au niveau de la roue avant" de l'Anglais.
 "C'est dur car ça vaut parfois un simple avertissement", a estimé l'entraîneur national du sprint. "C'est dommage car il allait très vite". Au point que le Mayennais faisait figure de grand favori au même titre que l'Allemand Maximilian Levy, lui aussi vainqueur à deux reprises de ses séries.

En finale, Levy, déjà battu pour l'or l'an passé par un Britannique (Chris Hoy), a été devancé toutefois par... Kenny qui l'a remonté dans la dernière ligne droite. Pervis, pour sa part, s'est ensuite baladé dans le match de classement (7e). "Je suis dégoûté !", s'est exclamé le Français. "J'avais des jambes comme jamais. Je montais sur le podium à coup sûr. C'était une grande occasion, et elles ne se présentent pas souvent dans une carrière".

La mésaventure de Pervis a assombri la journée des "Bleus", peu en réussite à l'exemple de Laurie Berthon, quatrième du scratch dames et devancée au sprint pour la médaille de bronze.
"Je pourrais refaire dix fois le sprint (dans ma tête), ça ne changera rien", a déclaré la jeune Lyonnaise (21 ans), qui a toutefois réussi ses débuts dans les Mondiaux sur piste avant de disputer l'omnium samedi et dimanche. "C'est la première fois que je cours le scratch au niveau international. Ca me donne envie de m'investir encore plus".
 Autre débutante, Olivia Montauban (21 ans) a été sortie en huitièmes de finale de la vitesse dames par la Chinoise Guo Shuang, l'une des valeurs sûres du sprint mondial qui a éliminé au tour suivant l'autre représentante française, la Bretonne Virginie Cueff.