Pierre-Luc Périchon
Pierre-Luc Périchon |

Périchon première !

Publié le , modifié le

Le jeune néo-professionnel Pierre-Luc Périchon, de l'équipe La Pomme-Marseille, a remporté mardi à Vimoutiers (Orne) la classique Paris-Camembert, 6e manche de la Coupe de France, disputée sur 206,5 km. Il a devancé au sprint ses deux compagnons d'échappée Cyril Bessy (Saur-Sojasun) et Jean-Marc Bideau (Bretagne-Schuller). Le groupe de poursuivants, arrivé à six secondes, a été réglé par Geoffroy Lequatre.

Pour enlever son premier succès professionnel, Périchon est parti en  contre-attaque, avec deux autres coureurs (Laszlo Bodrogi et Cyril Bessy), à 45 kilomètres de l'arrivée, derrière les deux coureurs échappés depuis la première heure (Jean-Marc Bideau, Jérôme Cousin). Le trio, insensible à la pluie, a  roulé pour gommer l'écart qui s'élevait encore à 1 min 15 sec à 25 kilomètres,  à l'avant-dernier passage sur la ligne. Bodrogi a lâché prise le premier puis Cousin a payé ses efforts dans le mur  des Champeaux, la dernière côte située près du petit village de Camembert à 10  kilomètres de l'arrivée. Le trio de tête s'est donc disputé la victoire au sprint que Périchon a lancé de loin, en voyant le retour du groupe de Lequatre et d'Anthony Charteau. Sur la ligne d'arrivée de Vimoutiers, en faux-plat montant, il a devancé Cyril Bessy, devancé de  quelques centimètres et Jean-Marc Bideau, en tête depuis le 40e kilomètre. Derrière le trio, 6 secondes plus tard, Geoffroy Lequatre s'est adjugé le  sprint du premier groupe de poursuite alors que le peloton, réglé par Julien  Simon mais pour la 16e place seulement, s'est présenté avec un retard de 30  secondes.

C'est une belle satisfaction pour le coureur de 25 ans, originaire de Bourg-en-Bresse, qui a connu beaucoup de difficultés pour passer professionnel, avant de pouvoir quitter le club de Dijon pour celui de La Pomme Marseille qui lui a fait confiance. L'équipe marseillaise, qui a intégré la troisième division l'année passée,  a ainsi justifié sa présence sur les manches de la Coupe de France puisqu'en  vertu d'un accord global sous l'égide de la Ligue nationale du cyclisme,  l'ensemble des groupes français est invité d'office sur les différentes  manches. Quitte à ce que les équipes de l'élite, AG2R La Mondiale (toujours à la  recherche d'un premier succès) et FDJ-BigMat, soient battues par des formations  au budget beaucoup plus modeste, parfois huit ou neuf fois inférieur (1 million  d'euros pour La Pomme Marseille). Comme ce qui se passe en Coupe de France de football, ce ne sont pas les forces intrinsèques qui se montrent les plus performantes. C'est ce que l'on appelle la glorieuse incertitude du sport.

Déclarations

Pierre-Luc Périchon (FRA/La  Pomme Marseille), vainqueur: "Je ne savais pas comment allaient les autres  coureurs de l'échappée, au sprint. J'avais des douleurs dans les jambes dans les 15 derniers kilomètres. Aux 300 mètres, je me suis retourné et j'ai vu un maillot Europcar qui se rapprochait. J'ai pris le risque (de lancer le sprint), j'ai tout donné. Quoi qu'il en soit, je préférais faire deuxième ou  troisième que quinzième. Derrière l'échappée, on est parti de loin avec Laszlo (Bodrogi) et Cyrille (Bessy). C'était difficile sur la fin. Une arrivée à  trois, dans une Coupe de France, c'est beau. Encore plus quand on  gagne!"
Cyril Bessy (FRA/Saur-Sojasun), 2e: "Je suis déçu évidemment. Quelques centimètres, c'est toute la différence entre faire deux et en claquer une! Ce  n'est pas du tout la même chose. Il y a quinze jours, j'avais l'impression d'être au fond du trou. Puis, dimanche, en Espagne (Klasika Primavera), j'ai  passé la journée, ça m'a remis dans la bonne spirale."
Emmanuel Hubert (directeur sportif Bretagne-Schuller/Jean-Marc Bideau, 3e):  "Je suis dans le cyclisme  depuis assez longtemps pour dire que l'on a vu un  grand numéro de Jean-Marc Bideau. Il méritait de gagner. Cousin était un peu juste dans l'échappée, sinon ils allaient au bout. Geoffroy (Lequatre) n'était pas loin de revenir. Le bon côté, c'est qu'on est toujours là. On a déjà gagné et, quand on ne le fait pas, on tourne autour..."  

Classement de Paris-Camembert 

1. Pierre-Luc Périchon (FRA/LPM), les 206,5 km en 4 h 47:34.
2. Cyril Bessy (FRA/SAU) m.t.
3. Jean-Marc Bideau (FRA/BSC) m.t.
4. Geoffroy Lequatre (FRA/BSC) à 06.
5. Steven Caethoven (BEL/ACC) 06.
6. Stijn Neyrinck (BEL/TSV) 06.
7. Anthony Charteau (FRA/EUC) 06.
8. Jean-Marc Marino (FRA/SAU) 06.
9. Evert Verbist (BEL/ACC) 06.
10. Sébastien Minard (FRA/ALM) 06.
11. Nicolas Vogondy (FRA/COF) 09.
12. Tomasz Olejnik (POL/VRU) 09.
13. Geoffroy Soupe (FRA/FDJ) 09.
14. Yohan Bagot (FRA/COF) 11.
15. Jérôme Cousin (FRA/EUC) 22.

Classement de la Coupe de France (après 6 épreuves)

1. Pierre-Luc Périchon (FRA/La Pomme) 50 points
. Samuel Dumoulin (FRA/Cofidis) 50
. Arnaud Démare (FRA/FDJ-BigMat) 50
. Florian Vachon (FRA/Bretagne-Schuller) 50
5. Nacer Bouhanni (FRA/FDJ-BigMat) 45
6. Cyril Bessy (FRA/Saur-Sojasun) 35
. Laurent Pichon (FRA/Bretagne-Schuller) 35
. Laurent Mangel (FRA/Saur-Sojasun) 35
9. Romain Feillu (FRA/Vacansoleil) 34
10. Jean-Marc Bideau (FRA/Bretagne-Schuller) 25

francetv sport @francetvsport