John Degenkolb sera l'un des grands favoris pour la course de dimanche
John Degenkolb sera l'un des grands favoris pour la course de dimanche | AFP - JOSE JORDAN

Paris-Tours, place à la nouvelle génération

Publié le , modifié le

Paris-Tours, la dernière grande classique de la saison, qui se déroule dimanche, devrait encore donner une bataille au sommet. Si cette année, Mark Cavendish, Andre Greipel ou encore Marcel Kittel font l'impasse sur cette classique, la nouvelle génération du sprint mondial sera là avec notamment le champion de France Nacer Bouhanni, l'Allemand Degenkolb, et le Britannique Adam Blythe.

RETROUVEZ PARIS-TOURS EN DIRECT DIMANCHE A PARTIR DE 14H50

En l'absence de quelques-uns des meilleurs spécialistes, John Degenkolb devient le premier point de repère. Lauréat de  cinq étapes de la Vuelta, l'Allemand de l'équipe Argos s'est classé quatrième du Championnat du monde de Valkenburg (Pays-Bas), preuve de sa capacité à  "avaler" les bosses dans une course d'un jour. Il s'est relancé  cette semaine par des troisièmes places obtenues coup sur coup au Mémorial  Frank Vandenbroucke (mardi) puis dans Paris-Bourges (jeudi), avant de mettre un  terme à sa saison à Paris-Tours, une classique dont son aîné Erik Zabel est le codétenteur de victoires (trois).

Bouhanni à sa carte à jouer

Tant à Binche (Adrien Petit) qu'à Bourges (Nacer Bouhanni), Degenkolb a trouvé cependant à chaque fois un Français pour le devancer pour la deuxième  place derrière le vainqueur échappé. Bouhanni, l'une des révélations de la  saison, minimise la performance. "Deuxième ou troisième, ça ne change pas grand  chose", a-t-il lâché après son sprint de Paris-Bourges. Mais, si l'épreuve se  conclut au sprint, le champion de France, raisonnablement ambitieux, est en  droit de viser très haut sur l'avenue de Grammont. "L'équipe travaillera pour lui", annonce d'ailleurs la FDJ-BigMat qui a  prévu d'aligner dimanche Mickaël Delage, le poisson-pilote habituel de l'autre  sprinteur maison (Arnaud Démare, absent). Logique, puisque le jeune Lorrain (22  ans), resplendissant, a gagné une fois et a pris trois deuxième places dans ses  cinq derniers jours de course.

Blythe en joker de luxe

Mais attention aux puncheurs ! Greg Van Avermaet avait exploité la situation l'an passé pour signer le  troisième succès belge en quatre ans à Tours. Malade en début de semaine (refroidissement), il espère avoir totalement récupéré pour tenter le même  "doublé" que son compatriote Philippe Gilbert (2008 et 2009). Avec l'avantage d'avoir à ses côtés l'Italien Alessandro Ballan, lui aussi susceptible de sortir dans le final. "Nous aurons une équipe vraiment offensive avec Alessandro et Greg. Et s'il y a un vrai sprint massif, nous avons Adam (Blythe)", estime le directeur sportif de BMC, Rik Verbrugghe, plutôt optimiste.

L’arrivée du tramway dans le centre-ville de Tours a modifié depuis l’année dernière le final de la course, et particulièrement l’approche de l’avenue de Grammont, qui se fait maintenant par l’avenue Jean Royer. Pour l’édition 2012, un nouvel aménagement de la zone d’arrivée, face à l’Hôtel de Ville, a permis d’allonger la ligne droite finale de 660 mètres à 800 mètres.

Gilles Gaillard