Paris-Tours : Casper Pedersen frustre Benoît Cosnefroy au sprint

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Casper Pedersen

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Parti à l'avant à 50 km de l'arrivée, Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale) a tout donné dans les chemins de vigne boueux de Paris-Tours. Souvent placé sans être gagnant dans les classiques ardennaises, le Français est encore passé très près d'une belle victoire. Le Danois Casper Pedersen (Sunweb), le seul à avoir résisté à ses attaques, l'a battu au sprint dans l'avenue de Grammont.

2e de La Flèche Wallonne, puis 3e de La Flèche Brabançonne ce mercredi, Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale) a tout fait pour couronner sa très belle fin de saison sur Paris-Tours ce dimanche. Pas de Marc Hirschi cette fois, ni de Mathieu van der Poel, ni de Julian Alaphilippe pour s'opposer à ses ambitions. Le vainqueur des deux dernières éditions de la course, Soren Kragh Andersen (Sunweb), a de son côté été très vite hors course à cause d'une chute. En imitant le Danois en tentant sa chance de loin, à 50 km de l'arrivée, Cosnefroy a bien cru s'envoler vers un succès de prestige.

Pedersen au sang-froid

Mais c'était sans compter sur l'abnégation de Casper Pedersen (Sunweb), propulsé leader de son équipe après la chute de Kragh Andersen. Le jeune Danois de 24 ans s'est accroché à chacune des attaques en côte de Cosnefroy, visant une arrivée au sprint. Très vigilant dans les derniers kilomètres, c'est lui qui a lancé le sprint dans l'avenue de Grammont et jamais son adversaire n'a semblé en mesure de lui passer devant. Il signe sa troisième victoire professionnelle en carrière après le titre de champion d'Europe espoirs 2017 et la première étape du Tour du Danemark la même année.

30 secondes derrière les deux hommes, un groupe de cinq costauds a coupé la ligne d'arrivée. Valentin Madouas (Groupama-FDJ) a lui aussi été battu au sprint par un Sunweb. C'est Joris Nieuwenhuis qui a décroché la 3e place. De son côté, Warren Barguil (Arkéa-Samsic) a ajouté une nouvelle place d'honneur sur les classiques de fin d'année en terminant 5e. Déjà remis de sa chute sur le Tour de France, Romain Bardet (AG2R La Mondiale) se contentera d'une jolie 7e place.