Paris-Nice : Sam Bennett remporte la 1ère étape devant Arnaud Démare et Mads Pedersen

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Gicquel
Sam Bennett sur la première étape de l'édition 2021 de Paris-Nice.
Sam Bennett sur la première étape de l'édition 2021 de Paris-Nice. | Bas Czerwinski / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Sam Bennett (Deceuninck - Quick-Step) s’est imposé, dimanche 7 mars, au sprint sur la première étape de Paris-Nice, longue de 166 km et disputée autour de Saint-Cyr-L’École, dans les Yvelines. Il s’empare du premier maillot jaune de cette 79e édition. Arnaud Démare termine deuxième devant Mads Pedersen. Bryan Coquard est 5e, Christophe Laporte 8e.

On attendait Arnaud Démare, spécialiste des victoires en ouverture de Paris-Nice (2016, 2017, 2018), on a finalement eu Sam Bennett. Dimanche 7 mars, l’Irlandais s’est imposé au sprint sur la première étape de Paris-Nice disputée autour de Saint-Cyr-L’Ecole (Yvelines). Le sprinteur de la formation Deceuninck - Quick-Step a surgi dans les derniers mètres pour faire parler sa puissance et absorber d’abord Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe), puis laisser dans le rétroviseur Arnaud Démare (Groupama-FDJ) et Mads Pedersen (Trek-Segafredo). 

"Les gars m'ont parfaitement placé, ils ont fait un boulot fantastique. Ce n'était pas facile dans les 15 derniers kilomètres, il y avait pas mal de pièges. On ne s'est pas énervé, il fallait accélérer dans les 350 derniers mètres.", expliquait le vainqueur du jour à l'arrivée.  Il s’empare du premier maillot de leader et récolte déjà sa troisième victoire de la saison après deux bouquets sur l’UAE Tour la semaine dernière. C’est sa quatrième victoire sur la Course au soleil.

Chute dans le train de Démare

Pourtant, Arnaud Démare peut nourrir des regrets. A la flamme rouge, le Français était une nouvelle fois idéalement emmené par son train composé de Miles Scotson, Ignatas Konovalovas, Ramon Sinkeldam et Jacopo Guarnieri. Mais le premier cité a été victime d’une chute pour avoir touché le trottoir à la flamme rouge, désorganisant la machine bien huilée de la formation française. Pas de quoi néanmoins entamer la confiance du l'homme le plus prolifique la saison dernière (14 victoires). "Dans le sprint, j'étais peut-être un peu trop devant. Ackermann s'est bien écrasé, moi ça allait encore mais Bennett est arrivé en survitesse. Je me suis bien rassuré sur mes sensations. Mine de rien ça roulait vraiment vite sur les 50 derniers kilomètres. Les jambes ont bien répondu. Demain (lundi), on aura encore une chance", assurait-il à l'arrivée.

A noter le beau tir groupé des tricolores puisqu’avec la deuxième place de Démare, on trouve Bryan Coquard (B&B Hotels p/b KTM) à la 5e place, Christophe Laporte (Cofidis) à la 8e, Rudy Barbier (Israel Start-Up Nation) à la 10e et même Anthony Turgis (Total Direct Energie) à la 11e place.

Cette première étape au parcours accidenté avec trois côtes de 3e catégorie et disputée intégralement dans les Yvelines n’a donc pas échappé à un pur sprinteur. Fabien Doubey avait tenté l’échappée solitaire avant d’être rejoint en tête par un groupe de contre où figurait notamment Philippe Gilbert avec son coéquipier Stefano Oldani (Lotto-Soudal), Anthony Perez (Cofidis) et Chris Lawless (Total Direct Energie). Mais ces hommes n’ont jamais eu plus d’une trentaine de secondes d’avance, avant d’être finalement rattrapés à 26 km de l’arrivée.

Richie Porte jette déjà l’éponge

Un des outsiders pour la victoire finale ne verra lui pas la deuxième étape de la Course au soleil. Victime d’une chute à 33 kilomètres de l’arrivée, Richie Porte a tenté de repartir avant d’être finalement contraint à l’abandon. Le Tasmanien imaginait sans doute un autre scénario pour son premier jour de course depuis son retour dans son équipe de cœur, Ineos-Grenadiers (ex-Sky), qu’il avait quittée entre 2016 et 2021.

-