L'Irlandais Sam Bennett
Sam Bennett (Bora) peut exulter lors de sa victoire au sprint devant les cadors | AFP - Philippe LOPEZ

Paris-Nice: la surprise Sam Bennett

Publié le , modifié le

L'Irlandais Sam Bennett (Bora-Hansgrohe) a remporté, ce mardi, la 3e étape de Paris-Nice courue sur 190km entre Chablis et Chalons-sur-Saône. Au sprint, il a devancé sur la ligne le Norvégien Alexander Kristoff (Katusha) et l'Allemand John Degenkolb (Trek). Côté français, Arnaud Démare (FDJ) prend la 6e place. Au classement général, Démare conserve le maillot de leader, devant Julian Alaphilippe (Quick Step Floors) et Alexander Kristoff.

Sous un ciel plus clément que lors des deux premiers jours, le peloton a connu une journée moins pénible et plus classique. Une échappée matinale - composée de Pierre Latour (AG2R), Ben King (Dimension Data) et Romain Combaud (Delko Marseille) - a mené la danse une bonne partie de la journée mais a été reprise dans le dernier kilomètre par un peloton emmené par les équipes de sprinteurs. On pensait bien évidemment à un succès de Marcel Kittel ou d'André Greipel mais c'est finalement Sam Bennett qui a été le plus costaud. 

L'Irlandais de 26 ans, notamment vainqueur de Paris-Bourges en 2015 et 2016, a sauté Alexander Kristoff (Katusha) et  John Degenkolb (Trek) sur la ligne. Kittel a fini au pied du podium du jour et Arnaud Démare a pris la 6e place. Un autre tricolore s'est hissé dans le top10 du jour : Christophe Laporte (Cofidis).

"J’avais confiance en moi, a confié Bennett à l'arrivée. Je me sentais en forme. J’attendais juste la bonne opportunité. Je suis resté concentré toute la journée pour ce sprint final. J’ai beaucoup de chance de m’être imposé aujourd’hui à Chalon-sur-Saône. Nous vivons une édition de Paris-Nice vraiment très éprouvante. La victoire en est que plus belle aujourd’hui".

Au classement général, pas de changement. Démare reste leader devant Julian Alaphilippe. 

Mercredi, la quatrième étape prend la forme d'un contre-la-montre individuel de 14,5 kilomètres entre Beaujeu et le Mont Brouilly, qui se termine par une montée de 3 kilomètres à 7,7 % de pente.

Isabelle Trancoën