Julian Alaphilippe, la star du jour à Paris-Nice
Julian Alaphilippe, la star du jour à Paris-Nice | Philippe LOPEZ / AFP

Paris-Nice : la folle journée de Julian Alaphilippe

Publié le , modifié le

Nouveau maillot jaune de Paris-Nice, Julian Alaphippe était de son propre aveu "un peu stressé" ce mercredi matin. Quelques heures plus tard, il a une nouvelle fois épaté son monde. Récit de cette journée de folie.

Vainqueur d’étape, maillot jaune, maillot vert, maillot blanc, il n’y en avait que pour Julian Alaphilippe sur le podium de la 4e étape de Paris-Nice au sommet du Mont Brouilly. Le public massé, proche de la superbe Chapelle qui trône au sommet, en redemandait. Et le nouveau leader de la "Course au soleil", qui n’a jamais aussi mal porté son nom que cette année, jouait avec ses fans, les haranguant sourire jusqu’aux oreilles. Il faut dire qu’il aime ça le coureur de Montluçon, jouer avec son public. Aboutissement de semaines d’efforts, cette journée grandiose s’est déroulée comme dans un rêve.

Après la reconnaissance du parcours, Alaphilippe y croit fort​

Début d’après-midi, les hommes forts de la formation Quick Step-Floors, Alaphilippe en tête suivi de Dan Martin et Philippe Gilbert, partent reconnaître les 14 kilomètres du parcours du contre-la-montre du jour. Un moment éminemment important tant dans les jambes que dans la tête. Parti prudemment pour jauger la partie plate du chrono en compagnie de son grand ami Gilbert, avec qui il fait chambre sur ce Paris-Nice, Alaphilippe accélère et se fait mal dans les trois kilomètres du Mont Brouilly. Rassuré, le coureur de 23 ans pouvait regagner son hôtel, déjà sûr de son fait.

Il était 15 heures passées de 30 minutes quand celui que les supporteurs attendaient de pied ferme sous une pluie glaciale, sortait de son bus. Après Marcel Kittel, qui allait le prendre dans ses bras juste avant de partir, après Philippe Gilbert et après Dan Martin. Trente minutes d’échauffement plus tard, il était temps de s’élancer. La suite, c’est une démonstration de force et une place de leader avec 19 secondes d’avance sur Alberto Contador et 20 sur un autre Français, Tony Gallopin. Le Francilien est d’ailleurs ce mercredi soir le dauphin d’Alaphilippe au général, mais déjà à 33 secondes ! On comprend aisément alors pourquoi tant de joie a submergé l’équipe Quick-Step sur la ligne. Martin, Gilbert et même l’entraîneur de Julian, Franck Alaphilippe (son cousin), tous sont venus étreindre leur graine de star. 

Kittel et Gilbert au soutien​

Une graine de star qui était encore sur son nuage à l’hôtel de la formation Quick-Step. "Je suis tellement heureux, expliquait Alaphilippe après l’arrivée. C’est une magnifique victoire. Le maillot jaune représente énormément de choses dans l’histoire du cyclisme, et je suis fier de le porter".

Christophe Gaudot @ChrisGaudot