Tour des Flandres Nick Nuyens 042011
La joie de Nick Nuyens | AFP - Eric Lalmand

Nuyens: "C'est le summum"

Publié le , modifié le

Nick Nuyens, vainqueur dimanche du Tour des Flandres, est désormais en paix. Il a, comme il l'a expliqué en conférence de presse, remporté une victoire qui laissera une trace indélébile dans l'histoire du cyclisme même si rien n'était acquis pour lui avant les cinq dernières minutes. "Je ne réalise pas. Il est vrai que pendant la course, je n'ai pas eu le temps de penser à la victoire, de l'imaginer. Tout s'est déroulé de manière surprenante sur la fin".

Q : Après quatre années sans résultat important, vous gagnez enfin le Tour des Flandres?
R : Je ne réalise pas. Il est vrai que pendant la course, je n'ai pas eu le temps de penser à la victoire, de l'imaginer. Tout s'est déroulé de manière surprenante sur la fin. D'ailleurs, quand l'équipe BMC a engagé la poursuite derrière (Fabian) Cancellara et (Sylvain) Chavanel, mon équipier Baden Cooke m'a demandé si je voulais qu'il leur prête main forte, je lui ai dit non. Pour moi, c'était plié.

Q : Expliquez-nous votre fin de course ?
R : Deux kilomètres avant le Mur de Grammont, j'ai entendu que l'avantage des deux coureurs de tête était de 46 secondes et puis subitement, avant que la pente ne commence, nous les avons rejoints et dès lors la course est repartie de zéro. Ensuite, dans le final, j'ai atteint mes limites et quand Cancellara a lancé le sprint, je lui ai laissé prendre cinq mètres avant de le remonter. Je me méfiais beaucoup plus de Chavanel.

Q : Comment expliquez-vous votre métamorphose ?

Q : Dès que Bjarne Riis, le manager de Saxo Bank, s'est adressé à mon manager en fin de saison dernière, il a dit qu'il me voulait absolument pour faire de moi le leader dans les classiques. Je me suis senti mis en valeur et depuis, je ressens une confiance totale de tout le monde autour de moi. Avant, je me posais beaucoup trop de questions, j'avais aussi eu beaucoup de malchance. Je savais que je pouvais gagner de grandes courses mais le Tour des Flandres, c'est le summum. Aujourd'hui, je peux dire que ma carrière est réussie.