Pervis franççois florian Rousseau piste 2010
François Pervis encouragé par Florian Rousseau | AFP-Morin

Nimke en or sur le kilomètre, Pervis en bronze

Publié le , modifié le

L'Allemand Stefan Nimke a remporté dimanche le kilomètre lors des Championnats du monde de cyclisme sur piste organisés aux Pays-Bas. Avec un chrono de 1 min 00 sec 793, Nimke a devancé de 38 centièmes le tenant du titre, le Néerlandais Teun Mulder. A 43 centièmes de lui, le Français François Pervis se retrouve donc sur la troisième marche du podium. Un autre Français, Michael d'Almeida, médaillé d'argent l'an passé, est quatrième à 69 centièmes.

Lui qui avait terminé au pied du podium l'an passé, peut triompher. Champion du monde en 2003 et en 2009, Nimke, possède un palmarès remarquable dans cet exercice. Aujourd'hui âgé de 32 ans, il s'était illustré la première fois en 1997, décrochant la médaille de bronze. Il a également été champion olympique en vitesse par équipes, à Athènes 2004. Mulder, le plus rapide jusqu'aux 750 mètres, n'a pu faire aussi bien que le  vainqueur dans le dernier des quatre tours de piste. Le record du monde appartient toujours au Français Arnaud Tournant qui a bouclé la distance en 58 sec 875 le 10 octobre 2001 à Bogota (à près de 3500 mètres d'altitude).

Les Tricolores ont fait bonne figure dans cette discipline, et Pervis, 26 ans, a ainsi obtenu sa cinquième médaille sur le kilomètre. Le coureur mayennais ne rentrera pas bredouille, lui qui avait déjà obtenu une médaille d'argent (2007) et quatre de bronze sur la distance (2006, 2008, 2010 et 2011). En revanche, d'Almeida, champion du monde de vitesse par équipes mercredi, a terminé quatrième, comme en 2009. Le coureur de l'US Créteil a été médaillé à deux reprises sur la distance (2e en 2008 et en 2010). Le troisième représentant français, Quentin Lafargue, s'est contenté de la 6e place.

Dans l'américaine, la paire australienne formée de Leigh Howard et Cameron Meyer a de nouveau été sacrée et offre ainsi à l'Australie sa 7e médaille d'or (en 17  épreuves disputées) depuis le début des compétitions. Elle s'est montrée plus rapide que son homologue tchèque  formée de Martin Blaha et Jiri Hochmann, troisième en 2009. Les Néerlandais Theo Bos et Peter Schep complètent le podium.

Enfin chez les femmes, la Canadienne Tara Whitten a conservé son titre de championne du monde de l'omnium en devançant l'Américaine Sarah Hammer, championne du monde de poursuite, et la Néerlandaise Kirsten Wild. En keirin, l'Australienne Anna Meares s'est adjugé l'or devant la Bélarusse Olga Panarina et  la Française Clara Sanchez.

REACTIONS
François Pervis (FRA), 3e du  kilomètre:
"Ma régularité est récompensée. Je loupe la médaille d'argent pour 5  centièmes. Nimke ? depuis la vitesse par équipes, il a eu trois jours pour  récupérer. Moi, j'ai grillé des cartouches dans le keirin, comme Mulder. Ca  compte dans le dernier tour. J'ai fait le choix du keirin qui est clairement la  priorité pour les JO de Londres. Le kilomètre passe au second plan. Avant les  Mondiaux, j'ai reçu un grand coup sur la tête avec ce qui s'est passé au Japon.  La tournée (des coureurs étrangers pour le keirin) n'a pas lieu en avril. Cette  tournée m'a beaucoup apporté, financièrement et mentalement. Cette fois, en  rentrant en France, je vais retourner au pôle emploi. Mon avenir est incertain."

Michael d'Almeida (FRA), 4e du kilomètre: "C'était mon premier kilomètre de  l'année. Je n'en avais pas couru depuis les Mondiaux-2010. Le corps a besoin de  repères, j'ai pioché un peu. Ce n'était pas un pari gagnant. Même deuxième,  cela aurait été un échec. Je n'étais pas venu pour une médaille mais pour un  maillot de champion du monde, c'est ça qui m'intéresse, qui me motive. L'an  dernier, je n'étais pas plus content que ça avec ma médaille d'argent. Plus les  années passent, moins le kilomètre devient un objectif. Même si je sais que  j'ai les jambes pour être champion du monde. Je suis concentré à 200 pour cent  sur la vitesse par équipes. Le bilan de cette semaine est très positif: on a eu  le titre, et avec la manière."

Romain Bonte