Nibali Vincenzo Liquigas contre la montre 2009
Vicenzo Nibali en contre-la-montre | AFP - Lionel Bonaventure

Nibali en profite

Publié le , modifié le

L'Italien Vicenzo Nibali (Liquigas) a repris les commandes du Tour d'Espagne en terminant 15e de la 17e étape, un contre-la-montre autour de Penafiel (46 km), remporté par le Slovaque Peter Velits (Columbia) devant Denis Menchov (Rabobank) et Fabian Cancellara (Saxo Bank). Ancien maillot rouge, Joaquin Rodriguez (Katusha) s'est complètement écroulé et termine à la 105e place de l'étape.

"Je vais mourir sur le vélo" avait prévenu Joaquin Rodriguez avant le départ de ce contre-la-montre. Cela n'a pas suffi. Leader de la Vuelta avec 33 secondes d'avance sur Vicenzo Nibali avant le coup d'envoi de l'épreuve chronométrique, le Catalan s'est complètement effondré le long des 46 kilomètres d'un parcours aussi linéaire que plat. Ce tracé s'est mué en chemin de croix pour le coureur de la Katusha, qui a certainement abandonné ses rêves de victoire finale au terme de cette 17e étape. A moins qu'il ne réussisse l'attaque du siècle samedi prochain lors de la terrible ascension du Bola del Mundo, l'écart concédé est trop important pour "Purito" (6'12). Autant dire un gouffre insurmontable. Sauf invraisemblable retournement de situation, le maillot rouge devrait donc se jouer entre Vicenzo Nibali et Ezequiel Mosquera.

L'Italien, 15e du contre-la-montre, a assuré l'essentiel. De tous les prétendants à la victoire à Madrid, il était considéré comme le meilleur rouleur. Ni décevant, ni excellent, il a tenu son rang. Tout juste pourra-t-il regretter une crevaison en début de parcours qui lui a fait perdre beaucoup de temps et sans doute pas mal d'influx nerveux et de concentration. Au final, il ne reprend que 43 secondes à Mosquera (Galicia), soit quasiment son avance au classement général (39 secondes). Rien n'est donc joué entre l'Italien et l'Espagnol, désormais débarrassés de la menace Rodriguez, mais aussi de celle représentée par Frank Schleck. Le Luxembourgeois de la Saxo Bank, qui répétait qu'il jouait encore la gagne avant ce chrono, n'a jamais été véritablement dans le rythme et se retrouve repoussé à 3'44 au classement général. Toujours quatrième, il est cette fois devancé par le surprenant Peter Velits, le grand vainqueur du jour

Velits se paie les spécialistes

Le succès du Slovaque de la Columbia était difficilement prévisible. Bon rouleur, il n'tait tout de même pas attendu à ce niveau mais l'apparition du vent en deuxième partie d'étape et la bonne forme affichée depuis le départ de ce Tour d'Espagne (il était 6e ce matin) lui ont permis de déjouer tous les pronostics et de devancer deux énormes spécialistes, Denis Menchov et Fabian Cancellara. Le Russe, à la dérive dans la montagne, s'est joliment retapé la cerise tandis que le Suisse, grand favori de l'épreuve, pourra toujours arguer qu'il a dû faire face à un vent qui a tourné durant le déroulement du chrono. Pour Nibali, il semble désormais souffler dans la bonne direction. Celle de Madrid.

Classement général

1. Vincenzo Nibali (ITA/LIQ) 71h19:49.
2. Ezequiel Mosquera Miguez (ESP/KGZ) à 0:39.
3. Peter Velits (SVK/THR) 2:00.
4. Frank Schleck (LUX/SAX) 3:44.
5. Joaquin Rodriguez (ESP/KAT) 3:45.
6. Xavier Tondo (ESP/CTT) 3:45.
7. Tom Danielson (USA/GRM) 3:55.
8. Nicolas Roche (EIR/ALM) 4:03.
9. Carlos Sastre (ESP/CTT) 4:13.
10. Luis Leon Sanchez (ESP/GCE) 5:43.
11. David García (ESP/KGZ) 7:19.
12. Vladimir Karpets (RUS/KAT) 8:52.
13. Mikel Nieve (ESP/EUS) 9:24.
14. David Moncoutié (FRA/COF) 10:37.
15. Vladimir Gusev (RUS/KAT) 12:18.
16. Rubén Plaza (ESP/GCE) 13:55.
17. Christophe Le Mével (FRA/FDJ) 15:13.
18. Andreï Kashechkin (KAZ/LAM) 16:14.
19. Jan Bakelants (BEL/OLO) 19:27.
20. Gustav Erik Larsson (SWE/SAX) 19:40.
21. David Arroyo (ESP/GCE) 21:54.
22. Marzio Bruseghin (ITA/GCE) 23:24.
23. Ludovic Turpin (FRA/ALM) 25:22.
24. Rémy Di Grégorio (FRA/FDJ) 25:56.
25. Inigo Cuesta (ESP/CTT) 29:37.

Julien Lamotte