Tour d'Espagne Nibali Vincenzo maillot rouge 092010
Nibali de plus plus proche d'un sacre sur la Vuelta | AFP - Jaime Reina

Mosquera avec panache, Nibali avec certitude

Publié le , modifié le

Ezequiel Mosquera, 2e du classement général du Tour d'Espagne à 50 secondes de Nibali samedi à San Martin au départ de la 20e et avant dernière-étape qui devait être décisive pour la victoire finale, avait promis d'attaquer. Il l'a fait avec courage et panache pour s'imposer à Bola Del Mondo, à 2250 m d'altitude. Mais il n'a pu reprendre que 19 secondes qui, sauf cataclysme, devrait ramener le maillot rouge leader dimanche à Madrid.

La veille, Mosquera s'était fait piégé dans un final bizarre à Tolède, et avait abandonné 12 secondes supplémentaires sur Nibali, se compliquant encore la tâche pour aller chercher l'Italien et espérer pouvoir gagner la Vuelta. A 35 ans, le vétéran de l'équipe Xacobeo Galicia a toujours tenu son rang dès que la route s'est élevé, et il nourrissait beaucoup d'espoir dans cette 20e étape, sur terrain a priori favorable un col difficile à passer deux fois après une boucle, et avec une dernière difficulté monstreuse, un mur de 3 km à 20%. Certes, 50 secondes, cela compliquait ses desseins, mais Mosquera avait décidé de tenter le tout pour le tout. Car l'Espagnol n'aura sans doute plus jamais une telle chance de pouvoir remporter rejoindre Madrid avec le maillot rouge. Si la Vuelta est, c'est vrai, la course la plus prestigieuse qui lui ait le mieux réussi (deoix fois 4 et une fois 5e), il ne s'est pas forgé un vrai palmarès international.

Mosquera a donc tenu parole. Il a, comme promis, attaqué dans la dernière ascension de la journée, vers  la Bola del Mundo, avec beauoup de détermination. Mais sans vraiment lâcher son rival N.1. Mosquera a lancé son attaque à environ 4 km de l'arrivée mais n'a pu porter son  avance sur Nibali qu'au maximum à 19 secondes. L'Italien, qui avait pu compter dans le contrôle de la course la préparation de ses derniers kilomètres sur une équipe Liquigas bien plus accoutumée à la gestion des temps forts dans ce genre de course, Nibali a finalement résisté. il semblait  imperturbable sur son vélo, et en passe de revenir sur Mosquera dans les derniers mètres. L'orgueil de l'Espagnol lui a donné suffisamment de ressources pour lui permettre de placer un dernier coup de reins pour assurer au moins la victoire d'étape. Car pour ce qui est de la victoire finale, la cause est entendue. Car la dernière étape dimanche vers Madrid, sans aucune difficulté, ne devrait qu'une formalité pour le peloton, et davantage encore pour Vincenzo Nibali, qui va remporté un Grand Tour pour la première fois de sa carrière. Après une longue domination italien sur "son" Tour, Nibali va refermer la parenthèse, en devenant le premier vainqueur italien de la Vuelta depuis Marco  Giovannetti en 1990. 

CG

Classement de l'étape
1. Ezequiel Mosquera Miguez (ESP/KGZ)  les 172,1 km en 4h45:28.(moyenne: 36,2 km/h)
2. Vincenzo Nibali (ITA/LIQ) à  0:01.
3. Joaquin Rodriguez (ESP/KAT)      
4. Tondo (ESP/CTT) 0:39.
6. Nicolas Roche (EIR/ALM) 0:42.
7. Mikel Nieve (ESP/EUS) 0:50.
8. Peter Velits (SVK/THR) 0:52.
9. Christophe Le Mével (FRA/FDJ) 0:55.
10. Rémy Di Grégorio (FRA/FDJ) 1:00.
11. Carlos Sastre (ESP/CTT) 1:27.
12. Oscar Pujol (ESP/CTT) 1:30.
13. Hubert Dupont (FRA/ALM) 1:33.
14. Josep Jufre (ESP/AST) 1:34.
15. Roman Kreuziger (CZE/LIQ) 1:34.

Classement général

1. Vincenzo Nibali (ITA/LIQ) 85h16:05.
2. Ezequiel Mosquera Miguez (ESP/KGZ) à  0:41.
3. Peter Velits (SVK/THR) 3:02.
4. Joaquin Rodriguez (ESP/KAT)  4:20.
5. Frank Schleck (LUX/SAX) 4:43.
6. Xavier Tondo (ESP/CTT)  4:52.
7. Nicolas Roche (EIR/ALM) 5:03.
8. Carlos Sastre (ESP/CTT) 6:06.
9. Tom Danielson (USA/GRM) 6:09.
10. Luis Leon Sanchez (ESP/GCE)  7:35.
11. David García (ESP/KGZ) 9:37.
12. Mikel Nieve (ESP/EUS) 10:42.
13. Vladimir Karpets (RUS/KAT) 13:05.
14. David Moncoutié (FRA/COF) 14:00.
15. Christophe Le Mével (FRA/FDJ) 16:36