Tony Martin
Tony Martin dans son exercice de style préféré | DE WAELE Tim / TDWsport Sarl / DPPI media

Tony Martin roulera-t-il sur l'or ?

Publié le , modifié le

Tony Martin, qui vise une quatrième médaille d'or aux championnats du monde, est le grand favori du contre-la-montre vendredi à Richmond aux Etats-Unis. Mais il pourrait avoir plus de concurrence que prévu, notamment du côté de Tom Dumoulin, annoncé comme le successeur de l'Allemand, ou de Rohan Dennis, le vainqueur surprise du prologue du dernier Tour de France. Les Français Jérôme Coppel et Romain Sicard seront quant à eux en lice pour une place d'honneur. Et plus si affinités.

Course à suivre mercredi en direct sur France Ô à partir de 20h35

Bradley Wiggins, le tenant du titre en semi-retraite (le Britannique se consacre désormais à la piste en vue des JO de Rio), la voie semble dégagée pour Tony Martin. La distance, 53,5 kilomètres, comme le parcours, de longues routes rectilignes à peine compliquées par les collines de Brook et Wilkinson, favorisent les desseins du déjà triple champion du monde (2011, 2012, 2013). Battu l'an passé par "Sir" Wiggins, le rouleur d'Etixx a préparé sa revanche. "Je suis très, très confiant", affirme Martin qui, en cas de succès, égalerait le record des quatre victoires du Suisse Fabian Cancellara, lui aussi forfait. 

Pour Martin, les adversaires sont identifiés. En premier lieu, le Néerlandais Tom Dumoulin (24 ans), qui l'a accompagné l'an passé sur le podium de Ponferrada (3e), et l'Australien Rohan Dennis (25 ans), qui l'a privé de la  victoire dans le contre-la-montre inaugural du Tour de France à Utrecht au  début de l'été, il est vrai sensiblement plus court (13,8 km). La distance, cette fois, avantage Martin sans pénaliser Dumoulin, très à  l'aise dans la récente Vuelta qu'il a failli enlever ("la question est de  savoir s'il a récupéré", relève l'Allemand). Le rouleur néerlandais lui aussi montre les muscles : "c'est ce genre de terrain que je préfère dans un contre-la-montre" dit-il à propos du tracé virginien. 

Les Français aux aguets

Quant aux Français, ils se gardent de fixer des objectifs précis. Mais  leurs performances dans le récent contre-la-montre de la Vuelta, sur une  distance moindre (38,7 km) et un parcours plus accidenté, leur donne une dose  supplémentaire de confiance. A Burgos, le 9 septembre, Jérôme Coppel s'était  classé 5e, dans la continuité de ses bons résultats de la saison dans les  chronos, et Romain Sicard 7e, à moins de 100 secondes de Dumoulin. "Cette année, je suis en meilleure condition", estime Coppel, le champion  de France en titre qui avait terminé loin l'an passé (25e). "J'ai travaillé le chrono, même après ma fracture à la main en avril. Pendant la convalescence, j'étais sur le home-trainer dans la position du contre-la-montre".

"Je sais maintenant que je peux faire un bon chrono", répond Sicard en écho. "A la Vuelta, c'était mon premier top 10 dans un contre-la-montre au niveau WorldTour. Le fait d'avoir couru plusieurs grands tours me donne plus de  force sur le plat. J'espère que je serai à cent pour cent".

Julien Lamotte