Tony Martin et Bradley Wiggins
Du podium du chrono aux JO 2012, il manquera Christopher Froome (à droite). En revanche, Tony Martin (au centre) et Bradley Wiggins (à droite) seront bien là. | AFP - DIRK WAEM

Tony Martin face à un trio d'ambitieux

Publié le , modifié le

Les plus grands rouleurs du peloton (Martin, Wiggins, Cancellara, Phinney) se disputent mercredi le titre mondial du contre-la-montre sur un parcours très rapide de 57,9 kilomètres entre Montecatini Terme et Florence. L'Allemand Tony Martin tentera de réaliser le triplé, alors que le Suisse Fabian Cancellara pourrait entrer dans l'histoire en étant le premier coureur à décrocher une cinquième victoire.

A Florence, un superbe carré d'as va batailler pour devenir champion du monde du chrono.Le double tenant du titre Tony Martin, le champion olympique de la spécialité Bradley Wiggins, le quadruple champion du monde Fabian Cancellara et le vice-champion du monde l'année dernière, Taylor Phinney. Un superbe plateau pour 57,9 kilomètres palpitant. L'Allemand Tony Martin doit relever le défi lancé par le Britannique Bradley Wiggins, qui n'a encore jamais gagné l'or mondial,  et par l'Américain Taylor Phinney, à qui il a manqué 5 secondes seulement en 2012 sur le parcours autrement plus sélectif de Valkenburg (Pays-Bas).

L'ancienne référence mondiale, Fabian Cancellara (4 fois vainqueur entre 2006 et 2010), aura son mot à dire lui qui a gagné le  "chrono" de la Vuelta -devant Martin- même s'il a adopté profil bas, en début de semaine, à propos de la course de Florence. "Je ne serai pas forcément sur le podium", estime le Bernois, qui figure aussi parmi les principaux favoris de la course en ligne de dimanche. "Par rapport à Tony Martin, Fabian est un peu désavantagé par le type de parcours. L'aérodynamique prime", explique le responsable de son équipe, Luca Guarcilena. Hormis une petite côte en début de course (Km 7,3), la route présente surtout de longues lignes droites planes pour rejoindre le centre de Florence.

Le "plus grand défi" de Martin

"S'il n'y a pas de vent, la moyenne pourrait même être plus élevée que dans  le chrono par équipes de dimanche dernier (53,4 km/h)", relève le Français Sylvain Chavanel, l'un des membres de la formation Omega Pharma vainqueur dimanche dernier sur un parcours quasi-identique avec Martin pour locomotive. Martin sait que la pression est sur lui. "Cela me pousse, c'est une motivation pour repousser mes limites", estime l'Allemand de 28 ans. Le tenant du titre, qui se déclare "confiant", estime même être confronté  "au plus grand défi" de sa carrière, "un choc de spécialistes absolus". Wiggins, pour sa part, a suivi une autre préparation en vue des Mondiaux. Le champion olympique du contre -la -montre a couru le Tour de Grande-Bretagne la semaine passée. Avec succès d'étape dans le contre-la-montre et victoire finale à la clé.

En revanche, le vainqueur du Tour de France 2012 n'a pu reconnaître à pleine vitesse le parcours toscan qui présente un passage technique dans le centre historique de Florence, tout près du Duomo de Brunelleschi et du campanile de Giotto. A l'opposé, Martin se félicite d'avoir couru le contre-la-montre par  équipes: "Je connais les points critiques", a déclaré l'Allemand. Mais Phinney, habitué des routes de Toscane où il s'est souvent entraîné, et Cancellara sont dans le même cas. Soixante-dix-neuf concurrents au total sont annoncés au départ. Entre autres, l'Australien Richie Porte, l'Américain Andrew Talansky et le  Britannique Alex Dowsett, vainqueur du contre-la-montre  du Giro en mai dernier. Sauf énorme surprise, les 75 autres coureurs qui s'élanceront ne devraient pas pouvoir lutter face au carré d'as qui s'élancera en dernière position : Phinney, Wiggins, Cancellara et enfin Martin pour finir. Avec le même ordre à l'arrivée?