Thibaut Pinot ne veut "pas prendre la place d'un autre" au Mondial et entend "aller jusqu'à Paris" sur le Tour

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Thibaut Pinot en souffrance sur le début du Tour de France 2020
Thibaut Pinot en souffrance sur le début du Tour de France 2020 | AFP - DAVID STOCKMAN / BELGA MAG / Belga via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Thibault Pinot a déclaré ce lundi, ne pas vouloir prendre "la place d'un autre coureur" en marge de la sélection pour le championnat du monde qui se déroulera le 27 septembre à Imola en Italie. Il explique aussi vouloir aller "jusqu'à Paris" sur cette édition du Tour de France, malgré sa méforme.

"Je ne veux pas prendre la place d'un autre coureur", a déclaré Thibaut Pinot, lundi, à propos de la sélection pour le prochain championnat du monde prévu le 27 septembre à Imola, en Italie. Diminué par les conséquences de sa chute dans la première étape du Tour, le chef de file de l'équipe Groupama-FDJ vit "une galère" dans le Tour dont il occupe la 31e place avant les Alpes.

à voir aussi Tour de France : Le long calvaire de Thibaut Pinot Tour de France : Le long calvaire de Thibaut Pinot

"Le Mondial, c'est dans moins de deux semaines maintenant. J'ai dit à Thomas (Voeckler, le sélectionneur français) que je donnerai une réponse jeudi soir", a précisé Thibaut Pinot.

"Aujourd'hui il n'y a aucune raison que j'y sois"  (en équipe de France)

"J'espère faire partie de l'équipe de France mais, au jour d'aujourd'hui, il n'y a aucune raison que j'y sois. Je n'ai pas la condition pour. Il y a largement huit Français qui marchent mieux que moi. Je n'ai pas envie de prendre la place d'un autre", a déclaré le Franc-Comtois, lors de la seconde journée de repos du Tour en Isère. Thibaut Pinot avait fait du Mondial, programmé initialement sur le très difficile circuit de Martigny (Suisse), l'un de ses objectifs de la saison. La course arc-en-ciel a été décalée, en raison de la pandémie, à Imola.

Quant à cette édition du Tour de France, le Franc-Comtois se montre pragmatique. "J'étais le leader de l'équipe, je n'ai pas envie de laisser tomber les copains, l'équipe entière. Mon devoir est d'aller jusqu'à Paris. A part un miracle, il y a très peu de chances que je pèse sur la course. Mais le Tour est la seule course qu'on n'a pas le droit d'abandonner. Tant que je peux continuer, je le ferai."

"Dur de se refaire sur un Tour de France"

Concernant le moral, Pinot dit avoir "connu mieux". "Je suis toujours dans l'optique d'une amélioration même s'il y a très peu d'évolution en ce qui concerne le dos. J'ai une autonomie de trente minutes d'effort au max, où je peux tenir les meilleurs, après je suis vite limité", explique-t-il. Quant à son équipe, le protégé de Marc Madiot explique que "le groupe reste soudé". "On a vraiment pris un coup sur la première étape et c'est dur de se refaire sur un Tour de France. (...) Ce n'est pas facile de passer d'un objectif à l'autre. On était formaté pour le classement général. Mais les mecs sont motivés. J'espère qu'en troisième semaine, on va aller chercher un bon résultat."

AFP

Mondiaux de cyclisme