Mondiaux sur route : Alaphilippe en leader, Pinot en renfort dans la sélection française

Publié le , modifié le

Auteur·e : Julien Lamotte
Thibaut Pinot et Julian Alaphilippe
Thibaut Pinot et Julian Alaphilippe | Marco BERTORELLO / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Thomas Voeckler et son staff ont communiqué la liste des coureurs qui participeront aux Mondiaux de cyclisme à Imola en Italie du 24 au 27 septembre prochain. Si la sélection définitive, chez les hommes, sera validée à la fin du Tour de France pour l'épreuve sur route, c'est bien Julian Alaphilippe qui sera le présumé capitaine de route, peut-être épaulé par Thibaut Pinot si ce dernier a bien récupéré de ses blessures au dos. Chez les filles, Audrey Cordon-Ragot sera alignée sur route et contre la montre alors chez les messieurs ce sont Rémi Cavagna et Benjamin Thomas qui défendront les chances françaises dans le chrono.

Un temps douteuse, la participation de Thibaut Pinot aux prochains Mondiaux a été confirmée par Thomas Voeckler et son staff. Malgré ses problèmes de dos qui lui rendent la vie très difficile sur le Tour, le leader de la FDJ Groupama est bel et bien pressenti pour guider les Bleus à Imola à la fin du mois.

Sur un tracé sans doute moins taillé pour lui que celui prévu en Suisse mais annulé en raison de la pandémie et ensuite déplacé en Italie, le Franc-Comtois pourrait néanmoins, s'il a bien récupéré de sa blessure, tirer son épingle du jeu. Cependant, il faudra, comme annoncé par l'encadrement tricolore, attendre la fin du Tour pour connaître le véritable état de forme de Pinot. De celui-ci dépendra sa participation et le rôle qui lui sera attribué. 

Quoiqu'il en soit, Thomas Voeckler pourra miser sur une hydre à deux têtes car Julian Alaphilippe possède lui aussi les caractéristiques pour succéder au Danois Mads Pedersen, vainqueur surprise l'an passé à Harrogate en Grande-Bretagne. Même s'il n'a clairement pas les jambes qu'il avait sur le Tour l'an passé, Alaphilippe présente un profil de puncher grimpeur, qui sied encore plus que celui de Pinot, au parcours d'Imola. Avec ses deux têtes de gondole, le sélectionneur espère surtout briser la malédiction tricolore aux Championnats du monde, le dernier sacre remontant à 1997 (Laurent Brochard). Autant dire une éternité. 

Martin, le 3e homme

Il l'a prouvé au Dauphiné et en début de Tour de France, Guillaume Martin est plus qu'un joker. Ses qualités de grimpeur ne sont plus à démontrer et le coureur de la Cofidis pourrait, lui aussi, être amené à jouer un rôle primordial. En cas de défaillance de ces leaders présumés, ou de circonstances de course particulière, l'équipe de France pourrait également tabler sur l'expérience d'un Pierre Rolland ou sur le punch d'un Warren Barguil. A moins que la jeunesse et la fougue d'un Nans Peters ne créent la sensation? Comme souvent, les scenarii sont multiples mais c'est bien la course qui en décidera. 

Mondiaux de cyclisme