Quentin Lafargue
Médaillé de bronze aux championnats du Monde, Quentin Lafargue est chargé de mener la délégation française aux championnats d'Europe. | LOIC VENANCE / AFP

Quentin Lafargue, la médaille que l'on n'attendait pas

Publié le , modifié le

Il a pris la quatrième place du kilomètre, battu Pervis, inquiété Beaugé et fini en apothéose avec un médaille de bronze en vitesse indviduelle. Si ses compères étaient attendus, ce n'était pas le cas de Quentin Lafargue. Il faudra pourtant désormais compter avec lui.

"Pas encore une fois 4e. Tout mais pas 4e !". C'est ce qu'a dit Quentin Lafagrgue au moment de revenir à son box après son quart de finale victorieux face au Vénézuélien, Hersony Canelon. Il a été exaucé. Ou plutôt il a fait ce qu'il fallait pour éviter une nouvelle place au pied du podium. Arrivé sur la pointe des pieds aux Mondiaux de Saint-Quentin, Lafargue repart la tête haute. 

Tombeur de Pervis en 8e

En 8e de finale, il avait fort à faire face au champion du monde en titre François Pervis. Et pourtant, il l'a éliminé sans ménagement. En quart de finale, quand ses deux aînés s'étripaient en trois manches (Baugé dominera nettement les deux dernières), lui n'a eu aucun souci pour écarter son adversaire vénézuélien. Sur son vélo de récupération, Lafargue a le sourire. C'est dans une étonnante tranquillité qu'il voit les journalistes se masser autour de François Pervis. Lui peut rigoler avec Olivia Montauban, sa partenaire éliminée du keirin, ou l'entraîneur Steven Henry. Il n'est pas attendu.

En demi-finale, le morceau Grégory Baugé, champion du monde de la discipline en 2009, 2010 et 2012 (titre perdu en 2011), était trop gros. Laurent Gané est fier de son poulain : "Quentin montre aujourd’hui qu’il est niveau". Pourtant, ce n'était pas évident avant la compétition, en tout cas pas pour le coureur lui-même : "avant d’arriver aux Championnats du monde, il n’était pas sûr d’être au niveau en vitesse. En qualifications, il a vu qu’il allait aussi vite que les autres." On l'aura compris, sa qualification lui a donné confiance pour la suite. Même Florian Rousseau, pour connaisseur, s'est dit "surpris" de la performance du Français. "C'était un très bon junior, il a tardé à confirmé en élite" raconte le consultant France TV Sport.

Rio en ligne de mire

Pour ses premiers Mondiaux en senior, Lafargue a été trop tendre pour prendre une manche à Baugé. Il a été en revanche parfait en petite finale. Parfait ? Pas tout à fait selon lui : "j'ai retardé l'échéance en faisant une erreur sur la deuxième manche mais je ne pouvais pas rater cette médaille". A le voir sur le podium, on comprend que ce bronze vaut de l'or. Il a désormais Rio en ligne de mire. A sa droite sur la plus haute marche du podium, Grégory Baugé est bien conscient que son cadet est un réel adversaire désormais. 

Christophe Gaudot @ChrisGaudot

Mondiaux