Pauline Ferrand-Prévot France
La cycliste française Pauline Ferrand-Prévot | SIPA - PANCER VACLAV

Pauline Ferrand-Prévôt: "Beaucoup mieux que l'an dernier"

Publié le , modifié le

Championne du monde sur route, en cyclo-cross et en VTT ces douze derniers mois, Pauline Ferrand-Prévôt remet en jeu son maillot arc-en-ciel sur route samedi, à Richmond (en direct sur France Ô et francetvsport.fr à partir de 19h). "J'arrive dans de très bonnes dispositions, beaucoup mieux que l'année dernière. Je pense pouvoir jouer les premiers rôles", a-t-elle annoncé.

- Comment trouvez-vous le parcours ?
Pauline Ferrand-Prévôt:
"Je ne pensais pas que ce serait aussi dur. Les quatre derniers  kilomètres sont usants. Le placement sera très important. Au début, je pensais  que l'on pouvait avoir une arrivée de type sprint massif. Finalement, après la  reconnaissance (jeudi), il est clair qu'il n'y aura pas de sprint massif chez  les filles. C'est plutôt une bonne chose. Dans tous les cas, ça s'annonce dur.  Pour moi, c'est mieux. La forme est là."
   
- Dans quel état d'esprit vous présentez-vous ? En tenante du titre, en  conquérante ?
P.F.P.:
"J'ai vraiment à coeur de garder ce titre de championne du monde. Depuis  mon titre de VTT (début septembre, ndlr), j'étais extrêmement motivée. Aller à  l'entraînement ces derniers temps n'était pas un problème pour moi. Quand on  gagne un titre mondial, on est motivé à bloc. J'arrive dans de très bonnes  dispositions, beaucoup mieux que l'année dernière. Je pense pouvoir jouer les  premiers rôles samedi."

L'équipe de France a plusieurs cartes à jouer

- Etes-vous la favorite avec Anna van der Breggen (N.1 au classement  mondial) ?
P.F.P:
"Oui, mais je pense aussi à Lizzie Armitstead qui a gagné pas mal de  fois cette année, qui passe les bosses et qui est très rapide au sprint."
   
- Etes-vous la patronne en équipe de France ?
P.F.P.:
"Je ne dirais pas ça de cette façon. Je suis la leader désignée, c'est  clair. On a une belle équipe de France, une équipe jeune qui n'a rien à envier  aux autres équipes. On a plusieurs cartes à jouer, tout le monde est très  motivé. C'est le collectif qui prime."
   
- Comment faites-vous pour fédérer le groupe ?
P.F.P.:
"Je ne suis pas un bourreau. Je suis une leader en course mais, dans la  vie, je suis plutôt facile à vivre. Pour moi, ça passe par communiquer et ne  surtout pas imposer des choses qu'elles (ses coéquipières, ndlr) ne voudront  pas faire. Que chacune s'exprime, dise ce qu'elle veut faire... En course, je  suis plutôt assez cool et relax. Je ne suis pas du tout stressée. Je fais ma  course, j'analyse après. Je pense être quelqu'un de plutôt sympathique."

Rio commence dès maintenant  

- Votre prochain grand défi est-il ce titre mondial ou plutôt les JO-2016  de Rio ?
P.F.P.
: "L'an dernier, j'étais arrivée au Championnat du monde en étant moins  sûre de ma forme. Là, je sens que je suis vraiment en forme, j'ai envie de  gagner. Les Jeux de Rio vont être un gros objectif. Pour moi, la préparation  commence dès maintenant."
   
- Quel est le poids de ce maillot ?
P.F.P.:
"J'ai adoré porter ce maillot. Il m'a beaucoup pesé en début d'année.  Après, je me suis dit : +ça ne sert à rien de s'en faire pour ce maillot+. Une  fois que j'ai réalisé ça, j'ai été comme libérée. Je suis un peu déçue de m'en  être rendue compte un peu tard. J'ai envie de le reconquérir, je sais comment  gérer la pression avec ce maillot."

AFP