François Pervis
François Pervis tout sourire après sa qualification en keirin | LOIC VENANCE / AFP

Mondiaux sur piste: Pervis qualifié en finale du keirin

Publié le , modifié le

Après un premier tour maîtrisé de main de maître, François Pervis s'est qualifié, non sans mal, pour la finale du keirin. Son compatriote, Michaël D'Almeida est lui éliminé après avoir fait une bonne partie de la course en tête.

Le Vélodrome national attendait le keirin français avec impatience. C'est dans une ambiance de corrida que le premier et le deuxième tour de l'épreuve la plus spectaculaire de la piste se sont déroulés. Les deux Français ont été portés par une ferveur incroyable. Si Michaël D'Almeida s'est pris les pieds dans la stratégie sur sa première course, ce n'est pas le cas de François Pervis qui a plané sur Saint-Quentin pour finir deuxième derrière Wesbster. "J'aurai pu gagner ma qualif'" dira plus tard le Mayennais. Au moment où Pervis franchit la ligne, le clan français apprécie la performance. La facilité avec laquelle il a géré sa course a de quoi donner de grands espoirs pour la suite ce jeudi soir. "Une course parfaite" analyse Laurent Gané, entraîneur des Bleus et champion du monde de la discipline en 2003. Parfaite, la demi-finale l'aura encore été pour Pervis qui a dû s'employer mais qui sera bien au rendez-vous de la finale.

"Je ne cours pas pour faire deuxième"

D'abord réticent à répondre à la presse, François Pervis s'est finalement livré un court instant après son premier tour. Assez longtemps pour montrer sa sérénité : "je me suis bien placé à chaque fois. Je ne pédale pas, je garde mes forces pour la suite" analyse-t-il conscient de sa puissance. C'est tactiquement donc que François Pervis a été le meilleur. Juché sur son vélo de récupération, le triple champion du monde à Cali adresse un message : "je ne cours pas pour faire deuxième". On le savait mais il est toujours bon de le répéter.

Pour Michaël D'Almeida, le premier tour a été aussi inquiétant que le repêchage a été bluffant Sixième et dernier, le champion du monde de vitesse par équipes a donné le sentiment de ne pas avoir de force. Sentiment effacé après un repêchage décoiffant. Et pourtant, ce n'était pas parti pour: "Qui n’aurait pas douté ? Il n’y a que lui qui n’a pas douté je crois", avoue Gané dans un sourire faisant référence au retard de son coureur à l'amorce du dernier tour. "Il y a encore un petit hic c’est la prise de décision" disait Laurent Gané après son repêchage. Sa demi-finale aura été une nouvelle démonstration de ce petit manque tactique. C'est du box que Michaël D'Almeida encouragera François Pervis dans sa quête d'un nouveau titre mondial.

Vidéo : la première demi-finale du Keirin 

Christophe Gaudot @ChrisGaudot

Mondiaux de Cyclisme