Mondiaux sur piste
Le public est prêt à bouillir aux Mondiaux sur piste | LOIC VENANCE / AFP

Mondiaux sur piste: Le Vélodrome national est prêt à bouillir

Publié le , modifié le

Si les tribunes du Vélodrome national ne sont pas encore tout à fait pleines en ce premier jour des Mondiaux sur piste, elles le seront pour les finales du soir, le public présent est à la fois impressionné par l’enceinte et prêt à bouillir pour ses champions.

« Magnifique », « splendide », « sympa », les superlatifs ne manquent pas pour qualifier l’enceinte du Vélodrome national de Saint-Quentin en Yvelines. Le public français a répondu présent à l’appel de la Fédération française. Cette dernière avait tout fait pour remplir son vélodrome avec des tarifs abordables, notamment pour les moins de 12 ans. Et les spectateurs ont saisi l’occasion au vol. Dans les tribunes, les familles sont légions. Dani, sa fille et son fils sont l’une d’elle : « Je voulais faire découvrir la piste à mes enfants » raconte-t-il. En échos, Nicolas venu depuis Paris répète la même chose : « C’était important pour moi de montrer la piste à ma fille ». Et à voir les yeux des différents enfants, eux aussi sont heureux d’être là et ont hâte que les épreuves commencent. « La poursuite par équipes en particulier » dira Nicolas.

"Longtemps que je voulais vivre ça"

Des passionnés venus de loin, il y en a aussi. Jean-François et Annie habitent Pau et n’ont pas hésité à monter à Paris : « On ne voulait pas rater cet événement. Ça fait longtemps que je voulais vivre un championnat du monde sur piste » avoue Annie un drapeau tricolore peint sur la joue.

« Je connaissais celui de Bordeaux mais ce Vélodrome est tout simplement splendide » raconte son mari Jean-François en posant ses yeux tout autour de l’enceinte qui se remplit petit à petit. Si dans les gradins, des néophytes sont présents, des passionnés ont profité de l’événement pour goûter à nouveau au niveau international sur le sol français. C’est le cas de Jean-François qui était présent à Bordeaux lors des Mondiaux de 2006, les derniers organisés sur le sol français.

Une belle ambiance pour débuter

Les organisateurs ont eu la bonne idée de lancer l’équipe de France de poursuite féminine en premier. Bilan l’ambiance grimpe d’un seul coup et Soline Lamboley, Elise Delzenne, Eugénie Duval et Pascal Jeuland ont pu compter sur le soutien de leur public. Elle connaît un véritable pic au moment du record de France des poursuiteurs. Voilà qui promet.