Anna Meares
Anna Meares, star de la piste australienne | LOIC VENANCE / AFP

Mondiaux sur piste - Anna Meares mieux que Félicia Ballanger

Publié le , modifié le

Victorieuse sur le keirin, Anna Meares n'a pas seulement conclu ses Mondiaux de la plus belle des manières, elle a aussi passé Félicia Ballanger aux nombres de titres mondiaux, onze contre dix. L'Australienne est désormais la plus grande championne de l'histoire du cyclisme sur piste.

C'est en 1994 qu'Anna Meares est venue au cyclisme sur piste. La victoire de Kathy Watt aux Jeux du Commonwelath l'a convainc que ce sport est fait pour elle. Originaire d'un petit village de Queensland, Meares n'a pas de piste proche de chez elle. Elle doit voyager pendant deux heures pour s'entraîner. Qui aurait pu croire à l'époque que l'Australienne allait devenir la plus grande championne de son sport ? Probablement pas grand monde.

Ce dimanche, le vélodrome national de Saint-Quentin a été le théâtre d'une passation de pouvoir et l'a bien compris au vu de l'ambiance : Félicia Ballanger, la légende française, n'est plus sur le toit du cyclisme sur piste mondial. Elle doit désormais lever les yeux pour voir sa rivale. Médaillée de bronze par équipes en vitesse, argentée sur le 500m, Anna Meares a dominé le keirin comme peu avant elle. Impressionnante de facilité, la cycliste de 31 ans n'a laissé personne venir lui disputer ce qu'elle était venue chercher : un onzième titre mondial.

"Ballanger ? Une immense championne"

Depuis 2003 et les Mondiaux de Stuttgart, Meares n'a raté que deux éditions des Championnats du monde (en 2008 et 2013). Pour le reste, elle a toujours au moins ramené une médaille. C'est entre 2009 et 2012 qu'elle est au sommet de son art. En quatre éditions des Mondiaux, Meares obtient huit titres mondiaux. Sa vitesse, son caractère et sa science de la course en font une adversaire redoutable sur la vitesse individuelle ou par équipes, sur le 500m ou encore sur le keirin. A Saint-Quentin, Meares repart avec les trois métaux, preuve, s'il était encore nécessaire, de sa polyvalence.

"Quand les Mondiaux ont été attribués à Paris, j'avais un rêve : celui de remporter un onzième titre et de rencontrer Félicia Ballanger. C'est une immense championne que je dépasse" a confié la toute nouvelle championne du monde de keirin. Que l'Australienne dépasse la Française sur son sol donne évidemment une résonance particulière à ce passage de témoin. À 31 ans, Meares a encore de beaux jours devant elle. La nouvelle génération va devoir attendre pour prendre le relais.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot

Mondiaux