Vasil Kyrienka Doha
Vasil Kyrienka, en plein effort. | AFP

Mondiaux de Doha : cyclistes ou cobayes ?

Publié le , modifié le

Les championnats du monde de cyclisme ont lieu en ce moment à Doha et, à cette occasion, des tests scientifiques sont réalisés pour étudier les résultats des coureurs et leurs efforts en situation de forte chaleur. Tout cela en vue de la Coupe du monde de football, qui aura lieu en 2022.

Avant son départ pour le contre-la-montre, Audrey Cordon-Ragot, seule Française engagée dans l’épreuve, ingère une pilule. A l’issue de sa course, des membres de l’organisation viennent la voir pour relever sa température corporelle. Il se trouve que la gélule en question est connectée, et permet ainsi aux scientifiques de noter avec précision les effets qu’a la chaleur sur le corps humain dans un effort tel que le contre-la-montre.

Ainsi les coureurs engagés cette semaine, quelle que soit l’épreuve, servent de cobayes volontaires. Le but ? Avoir un maximum de réponses concernant les efforts soutenus sous une forte chaleur, dans le but de prévoir les aménagements qu’il faut, en vue de la Coupe du monde de football, prévue en 2022 au Qatar. Les premiers résultats ont montré que certains coureurs voyaient leur température corporelle dépasser les 40 degrés après un chrono de 40 kilomètres. C’est le cas de Jérémy Roy, 34e mercredi : « Quand il a 40 degrés, monsieur-tout-le-monde est cloué au fond de son lit », s’est amusé le rouleur de la FDJ, qui a utilisé cette comparaison pour faire comprendre les sensations des coureurs à Doha.

La course en ligne peut-être réduite​

Alors que l’organisation en parlait jusqu’il y a quelques mois, aucun portique équipé de brumisateurs n’a été installé sur le circuit de dimanche, ou (pour l’instant) 250 kilomètres sont prévus. Néanmoins l’UCI a prévu dans son règlement que l’épreuve pourrait être réduite à 150 kilomètres de course, en cas de forte canicule. Des ravitaillements supplémentaires sont également prévus, notamment par des motos spécialement dédiés à cette tâche pendant la course.

L’une des solutions pour la Coupe du monde de football pourrait être une arrivée des sportifs bien plus tôt que d’ordinaire. Ici, les coureurs français sont arrivés sur place à Doha quatre jours avant le début de leurs épreuves. Mais d’autres sportifs sont arrivés depuis plus d’une dizaine de jours déjà, pour que leur corps s’acclimate parfaitement aux conditions climatiques difficiles. Cette Coupe du monde sera organisée à l’automne de 2022, histoire de ne pas faire jouer les équipes en pleine été, ce qui serait encore plus dangereux qu’à cette période de l’année.

Les coureurs vont donc jouer le rôle de cobayes jusqu’à la fin de la semaine. Un sujet qui n’a pas fini de faire parler…

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou

Mondiaux