Bernard Bourreau, équipe de France
Le sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme Bernard Bourreau | PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Mondiaux: Bourreau satisfait de ses troupes

Publié le , modifié le

L'équipe de France, à peine récompensée par deux places dans les dix premiers (Gallopin 6e, Bouhanni 10e) à Ponferrada, est sur la bonne voie pour retrouver le podium des Championnats du monde dans un avenir proche de l'avis de son sélectionneur Bernard Bourreau.

"On se rapproche du podium, on va y arriver", a estimé Bernard Bourreau qui n'a pu qu'être satisfait de ses chefs de file Tony Gallopin et Nacer Bouhanni sur le circuit de Ponferrada. Avec mention particulière au premier, dont le profil le destine à devenir  un homme à prendre en compte dans les classiques: "C'est un homme de championnat. L'an prochain, s'il continue sa progression, on lui fera encore confiance", assure le sélectionneur français. "Six coureurs français dans le final, il y a longtemps qu'on n'avait pas vu  ça", a ajouté l'ancien responsable de l'équipe de France espoirs, qui dirigeait l'équipe nationale élite pour la  deuxième fois. "On a tenu notre rang et nos jeunes ont été au niveau. Ils ont  montré qu'on pouvait leur faire confiance. C'est prometteur." Outre les résultats, Bourreau se félicite de la discipline de ses hommes. "Les consignes ont été respectées (...). C'était la bonne tactique. L'échappée de Cyril Gautier a obligé les autres  équipes à rouler et cela a permis d'anticiper un éventuel sprint pour Bouhanni. Dans le final, ceux qui étaient là ont travaillé pour Gallopin et Bouhanni. Il  n'a pas manqué grand chose."

Gallopin et Bouhanni à un souffle du podium

Membre du groupe de poursuivants derrière le futur vainqueur Michal Kwiatkowski, le vainqueur de l'étape d'Oyonnax lors du dernier Tour de France partageait l'avis de son coach. "J'ai été au niveau mais il manque la médaille". Idem pour le meilleur sprinteur du dernier Giro, qui a manqué le coche au sommet de la dernière bosse et s'est fait devancer par Kristoff et Degenkolb, ses deux principaux concurrents au sprint. "Il m'a manqué 15 mètres pour basculer avec le groupe de Valverde et  Gerrans au sommet de la bosse. C'est dommage de passer à côté de la médaille". A 26 et 24 ans, Gallopin et Bouhanni ont démontré qu'ils avaient les épaules pour assumer un statut de leader et jouer la victoire finale dans le futur. 

Jerome Carrere