Tom Boonen vainqueur en 2005
Tom Boonen devient champion du monde à Madrid devant l'Espagnol Alejandro Valverde | AFP - DPA - BERND THISSEN

L'Espagne maudite à domicile sur les Championnats du monde

Publié le , modifié le

Les Championnats du monde de cyclisme sur route font étape pour la 7e fois de l'Histoire en Espagne. A Ponferrada, Javier Minguez, le sélectionneur, rêve d'être le premier à ramener le maillot arc en ciel à domicile. Car lors des six premières éditions, aucun coureur espagnol n'a jamais réussi à s'imposer devant son public.

Il y a eu San Sebastian en 1965, et la victoire du Britannique Tom Simpson. Il y a eu ensuite 1973 et 1984 à Barcelone, pour des victoires de l'Italiene Felice Gimondi et du Belge Claudy Criquelion. Ensuite, c'est 1992 avec Benidorm où Gianni Bugno l'avait emporté, cinq ans avant San Sebastian et la victoire de Laurent Brochard. La dernière fois que le Mondial s'est installé en Espagne, c'était en 2005 avec le triomphe de Tom Boonen. Six épreuves, et aucun sacre quelque soient les catégories, voilà le bilan de l'Espagne à domicile.

Même Luis Ocana, en 1973, année de son sacre sur la Grande Boucle, avait dû se contenter d'une 3e place derrière Gimondi et Maertens, mais devant son grand rival Eddy Merckx. Même Miguel Indurain, tout frais vainqueur du 2e de ses 5 Tour de France consécutifs (et auteur du doublé Giro-Tour), avait raté le podium, en 1992, pour hériter de la 6e place. Le meilleur résultat sur la course en ligne masculine, c'est une 2e place d'Alejandro Valverde en 2005, année où la sélection ibère décroche tout de même quatre médailles d'argent (avec Somarriba en contre-la-montre féminin, Guttierez en c.l.m masculin et sur la course en moins de 23 ans). 

Valverde, Rodriguez, Sanchez, les chances espagnoles en 2014

Neuf ans après, Alejandro Valverde représentera encore l'une des belles chances espagnoles sur la course en ligne. Avec un tracé sans difficultés majeures, mis à part deux ascensions (dont un passage à 11% dans la deuxième), les sprinteurs-puncheurs devraient être à la fête. Et dans cette catégorie, le leader de la formation Movistar, malgré ses 34 ans, demeure toujours une belle référence, surtout après sa 4e place sur le Tour et sa 3e sur la Vuelta cette année. Vice-champion du monde en 2003, 2005, médaillé de bronze en 2006, 2012 et 2013, il rêve de passer enfin à l'or. Joaquim Rodriguez devrait être l'autre belle carte à jouer pour la formation espagnole. Le leader de la Katusha, vainqueur du Tour de Catalogne, 4e du Tour d'Espagne et 3e de la Classique San Sebastian cette année, vice-champion du monde l'an dernier, rêve aussi d'une consécration à domicile, lui qui était en argent l'an dernier. Luis Leon Sanchez pourrait également apporter sa pointe de vitesse au bon moment.

Pour cette 7e édition à domicile, l'Espagne ne pourra pas compter sur Alberto Contador. Il a préféré ne pas s'aligner sur un circuit de 18.2km, à faire à 14 reprises, pas vraiment taillé pour lui. L'Espagne court après le titre mondial en course en ligne depuis le sacre d'Oscar Freire (son troisième personnel) en 2004.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Mondiaux