Ferrand Prevot, Kwiatkowski
Qui succédera à Pauline Ferrand-Prevot et Michal Kwiatkowski ? | DR

Les dix chiffres à connaître sur les Mondiaux de cyclisme

Publié le , modifié le

Alors que les Mondiaux ont débuté à Richmond avec le contre-la-montre par équipes, place désormais aux épreuves individuelles. L’occasion de revenir sur dix chiffres-clefs qui ont fait l’histoire des championnats du monde.

26 : la Belgique, pays le plus titré

Au classement des médailles, l'Italie et la Belgique sont au-dessus du lot | Create infographics

Avec 26 médailles d’or pour 48 breloques depuis 1927, la Belgique domine le classement des titres, devant l’Italie. En revanche, c’est cette dernière qui culmine en tête du nombre total de médailles, avec 55 podiums et titres. La France est troisième du classement, avec 34 breloques remportées.

3 : le record de victoires dans un championnat du monde en ligne.

L’Espagnol Oscar Freire (1999, 2001, 2004), les Belges Eddy Merckx (1967, 1971, 1974) et Rik Van Steenbergen (1949, 1956, 1957), ainsi que l’Italien Alfredo Binda (1927, 1930 et 1932) détiennent tous les quatre le record de titres de champions du monde sur route, avec trois titres chacun. Sept autres coursiers (le dernier en date est Paolo Bettini) ont pu l’être à deux reprises.

4 : le record de victoire dans un championnat du monde de contre-la-montre.

Le Suisse Fabian Cancellara détient quant à lui le record de victoires dans la dicipline. Avec quatre titres (2006, 2007, 2009 et 2010), « Spartacus » espère en gagner un cinquième mercredi. Pour cela, il va falloir qu’il batte Tony Martin, qui lui, détient trois titres (de 2011 à 2013) et a la possibilité d’égaler son adversaire suisse.

9 : la coureuse la plus titrée en championnat du monde.

La Française Jeannie Longo est la détentrice de ce record. Championne du monde de la course en ligne en 1985, 1986, 1987, 1989 et 1995, elle a également remporté quatre fois le contre-la-montre individuel (en 1995, 1996, 1997, 2001). Jeannie Longo détient également le record de la championne du monde la plus âgée, puisqu’elle avait 42 ans au moment de son dernier sacre mondial, en 2001.

20 ans, deux mois et 15 jours : le plus jeune champion du monde.

A peine vingt ans, mais le voilà déjà avec un maillot arc en ciel. En 1934, le coureur belge Karel Kaers remporte la plus belle course de sa carrière, et rentre définitivement dans l’histoire. Il remportera le Tour des Flandres cinq ans plus tard.

38 ans, huit mois et 29 jours :  le plus vieux champion du monde.

Joop Zoetemelk, c’est 16 participations au Tour de France, six fois deuxième, une victoire en 1980. Mais c’est aussi le champion du monde le plus âgé. A presque 39 ans, le Néerlandais remporte le maillot arc-en-ciel, il y a trente ans maintenant. Il gagnera l’Amstel Gold Race deux ans plus tard, à l’âge de quarante ans. 

6 : le nombre de médailles remportées par Valverde en championnat du monde.​

Vos, Valverde, les records de médailles | Create infographics

Le coureur espagnol est monté six fois sur le podium d’un Mondial, mais n’a jamais remporté le titre. Après l’argent en 2003 et 2005, le puncheur de la Movistar, troisième du dernier Tour de France, a empoché quatre médailles de bronze (2006, et sur les trois dernières éditions). Chez les dames, la Néerlandaise Marianne Vos, considérée comme l’égal d’Eddy Merckx chez les dames, détient l’exploit d’avoir été cinq années de suite vice-championne du monde.

56e édition : premier sacre d’un coureur non-européen sur la course en ligne.​

Greg LeMond, déjà sacré chez les juniors quatre ans plus tôt, écrit l’histoire en 1983, en devenant le premier coureur non-européen à remporter le titre mondial, à Alternrhein (Suisse). Soit 56 ans après la première édition. Il était déjà parvenu l’année précédente à monter sur le podium, à la deuxième place. LeMond réussira l’exploit en 1989 de remporter le Tour de France et un nouveau maillot arc-en-ciel, à Chambéry.

46.238 km/h : la moyenne de course la plus rapide.

C’était en 2002, à Zolder (Belgique). L’Italien Mario Cipollini s’impose au sprint sur un circuit sans aucune difficulté majeure. 5h30 de course, 46,238 km/h de moyenne : la plus élevée de l’histoire des championnats du monde.

19’43 : l’écart le plus important entre un champion du monde et son dauphin.​

1928, deuxième édition des championnats du monde sur route, à Budapest (Hongrie). Ils sont seize à prendre le départ des 192 kilomètres au programme. A l’arrivée, c’est le jeune Belge George Ronsse, 22 ans, qui s’impose avec… 19’43 d’avance sur Herbert Nebe (Allemagne) ! Ils seront seulement huit à terminer la course. Le dernier est d’ailleurs un Français : Ferdinand Le Drogo, arrivé à 42’26 de Ronsse.