Julian Alaphilippe lors des Mondiaux sur route 2018
Julian Alaphilippe lors des Mondiaux sur route 2018 | AFP - Laurent Lairys / DPPI

Mondiaux: Alaphilippe épaulé par Gallopin et Sénéchal dans le Yorkshire

Publié le , modifié le

La Fédération française de cyclisme a dévoilé sa liste, pas encore complète, des coureurs qui participeront aux championnats du monde sur route, dans le Yorkshire (22-29 septembre). Chez les hommes, sans surprise, Julian Alaphilippe sera le leader des Bleus, épaulé notamment par Tony Gallopin, Florian Sénéchal ou Julien Bernard, avec Christophe Laporte comme atout en cas de sprint massif. Un 8e homme sera désigné ultérieurement. Chez les dames, Aude Biannic, Séverine Eraud et Audrey Cordon-Ragot mèneront les Bleues.

"Je voulais un groupe capable de bosser à 100% pour lui." Voilà comment Thomas Voeckler a justifié sa sélection dans une interview sur le site de la Fédération française de cyclisme. Pour tenter de décrocher un titre mondial qui fuit la France depuis 1997 et le sacre de Laurent Brochard, le nouveau sélectionneur de l'équipe de France a d'abord fait une liste en fonction du terrain rencontré dans le Yorkshire, avant d'attendre le feu vert du N.1 mondial, 14 jours en jaune sur le dernier Tour de France et nouvelle coqueluche de la planète vélo. "Quand Julian m’a annoncé qu’il avait bien récupéré du Tour, et qu’il me donnait son feu vert pour le sélectionner pour le Mondial 2019 route dans le Yorkshire, qu’il était motivé, j’ai finalisé ma sélection avec lui et son entraîneur", explique-t-il. "Thibaut Pinot, Romain Bardet, Warren Barguil n'avaient pas le profil pour ce championnat du monde. Tous les trois savent en revanche que l'an prochain il y aura de belles possibilités d'expression pour eux avec les jeux Olympiques de Tokyo et les championnats du monde sur route 2020, à Martigny, en Suisse, voire les championnats d'Europe en Italie."

Dans le Yorkshire, l'objectif est clair et assumé: "On vise le titre avec Julian, mais cela ne veut pas dire qu’il aura tout le poids de l’équipe de France sur les épaules, néanmoins notre seule vraie chance d’être sacré Champion du Monde c’est avec lui, aucun autre coureur du groupe ne m’en voudra de dire cela. L’objectif c’est la victoire." Et Thomas Voeckler sait déjà les embûches à éviter: "Pour entourer un coureur comme Julian, il faut des coureurs qui soient installés dans le peloton international, qui soient respectés par les adversaires, et qui sachent rouler placés, car le parcours est très technique. Il y aura une guerre de placement sur les 110 derniers kilomètres, en plus de l’usure inhérente à la distance. 300 kilomètres en fin de saison, ce n’est pas neutre, il faut avoir de la caisse, savoir frotter, affronter d’éventuelles mauvaises conditions météo."