Michael Rogers
Michael Rogers | AFP - YOSHIKAZU TSUNO

Michael Rogers blanchi par l'UCI

Publié le , modifié le

Michael Rogers a été blanchi des soupçons de dopage qui avaient conduit à sa suspension le 18 décembre dernier. L'Australien, spécialiste du contre-la-montre, avait été suspendu à titre provisoire. L'Union cysliste internationale (UCI) a estimé "significative" la possibilité que la présence de clenbutérol soit due à une consommation de viande contaminée en provenance de Chine. Son contrôle avait eu lieu lors de la Japan Cup, quelques jours après avoir participé au Tour de Pékin.

Michael Rogers va de nouveau pouvoir rouler sous le maillot de la Saxo-Tinkoff. Contrôlé positif au clenbutérol lors d'une course au Japon le 20 octobre 2013, il avait été suspendu à titre provisoire. Mais l'UCI a annoncé aujourd'hui lever la sanction. Le coureur a en effet expliqué à l'instance internationale que cette présence pouvait s'expliquer par la consommation d'une viande contaminée, provenant de Chine. Avant la Japan Cup, l'Australien avait en effet participé au Tour de Pékin. Or, "il est reconnu qu’il existe dans certains pays un risque que de la viande contaminée au clenbutérol puisse exister et produire, dans des conditions spécifiques, un échantillon positif chez un athlète. L’AMA a spécifiquement attiré l’attention sur ce problème en Chine et au Mexique", rappelle l'UCI dans son communiqué.

Du coup, elle en a conclu que "la probabilité que la présence de clenbutérol puisse résulter de la consommation de viande contaminée en provenance de Chine, où M. Rogers avait participé à une course avant de se rendre au Japon, était significative". Par conséquent, l'ancien champion du monde du contre-la-montre peut reprendre la route. Mais l'UCI note néanmoins "que la présence de clenbutérol dans un échantillon d’urine constitue une violation des règles antidopages en vertu du Code Mondial Antidopage et des Règles antidopages de l’UCI", et elle "souhaite réitérer sa recommandation aux athlètes et aux équipes concernées d’éviter la consommation de viande dans ces pays".

Pour un contrôle positif au clenbutérol, son leader, Alberto Contador, avait été suspendu deux ans malgré son système de défense qui prétendait qu'il avait également consommé de la viande contaminée. Mais il ne se trouvait ni en Chine, ni au Mexique, mais sur le Tour de France.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze