L'UCI World Tour sur les rails dès 2011

Publié le , modifié le

La réunification des calendriers aboutira en 2011 à la mise en place d'un "UCI World Tour", sur fond d'entente entre les grands organisateurs et l'Union cycliste internationale (UCI) longtemps en conflit à cause du ProTour. Dès le début de la saison 2011, "l'ensemble des plus grandes courses du monde, qui forment dorénavant l'"UCI World Tour" seront soumises aux mêmes règles de participation", a annoncé vendredi la fédération internationale.

Ces règles, qui ne sont pas connues dans le détail, mentionnent que les équipes dites "UCI ProTeams" (les actuelles équipes du ProTour), "dont le nombre sera limité à 18, auront le droit et l'obligation de participer à toutes les épreuves de l'UCI World Tour". "Les organisateurs pourront inviter pour les places restantes les équipes continentales professionnelles (l'équivalent de la 2e division) de leur choix", a précisé l'UCI. Pour prendre l'exemple du Tour de France, ses organisateurs auront ainsi un maximum de quatre cartes d'invitation à distribuer. Dans son communiqué, l'UCI a ajouté seulement que les conditions d'enregistrement des équipes restaient inchangées (prises en compte des critères sportifs, éthiques, financiers et administratifs) et que la valeur sportive serait dorénavant calculée chaque année selon un système de points à connaître.

Le ProTour, mis en place par l'UCI en 2005, avait été catégoriquement refusé par les grands organisateurs, notamment ASO (Tour de France), qui refusait notamment le principe de l'accès automatique à ses épreuves pour les équipes sous label ProTour. Le conflit avait culminé en 2008, avec la tenue du Tour de France hors de l'égide de l'UCI et une possible scission dans le cyclisme professionnel, les équipes n'ayant pas obéi aux directives de la fédération internationale. Le choix de l'apaisement de la part du groupe propriétaire du Tour de France (éditions Philippe Amaury), assimilé par beaucoup à une volte-face et assorti du départ du président d'ASO Patrice Clerc, avait abouti ensuite à une ébauche d'accord à la fin de l'été 2008.

AFP