Brian Cookson UCI conf de presse
Le président de l'UCI Brian Cookson | YORICK JANSENS / BELGA / AFP

L'UCI vers un contrôle systématique des vélos ?

Publié le , modifié le

Et si on contrôlait tous les vélos à chaque course pour lutter contre le dopage technologique ? L'idée fait son chemin à l'UCI. Cela "peut devenir nécessaire", a indiqué le président de l'Union cycliste internationale (UCI), Brian Cookson, mardi à Doha, en marge de la 2e étape du Tour du Qatar.

Il y a eu le temps des suspicions et des bruits au sein du peloton. Puis il y a eu un premier cas de tricherie mécanique le 30 janvier dernier aux Championnats du monde de cyclo-cross en Belgique. On a découvert sur le vélo de la Belge Femke  Van den Driessche, favorite de la course espoirs dames (moins de 23 ans), un système de motorisation. "Beaucoup de gens pensaient que ce n'étaient pas un problème sérieux, alors qu'il l'est. Clairement, c'est une menace pour notre sport", a indiqué le président de l'UCI Brian Cookson qui semble avoir enfin pris la mesure du problème, notamment après les nouvelles déclarations de Chris Froome pour plus de contrôles.

Tous les vélos si c'est nécessaire

Sous son autorité, l'UCI est en train de développer une technologie qui "n'est pas très chère et facile à mettre en oeuvre" pour contrôler les vélos. Tous les vélos. "Si cela devient nécessaire de contrôler tous les vélos au niveau individuel, pour chaque coureur et sur toutes les courses, ainsi que même les  vélos d'appoint, alors peut-être que nous devrons le faire", a ainsi prévenu M. Cookson. "C'est une procédure que nous sommes en train de considérer très activement  en ce moment." Si ça peut stopper les tricheries et les suspicions, il faut y aller.