Lotto: la vie après Philippe Gilbert

Lotto: la vie après Philippe Gilbert

Publié le , modifié le

L'équipe belge Lotto qui a vu partir cet hiver son ancien sponsor principal (Omega Pharma parti rejoindre Quick Step) a aussi perdu son leader, Philippe Gilbert, et devra apprendre à vivre en 2012 sans le nouveau cannibale aujourd'hui actif chez BMC.

"Il y a une vie après Philippe Gilbert", assure le manager sportif Marc Sergeant. "Je ne crains pas ce qu'il va arriver sans lui. Nous avons une nouvelle équipe, mais elle n'est pas moins ambitieuse". Avec le sprinter allemand André Greipel (déjà deux fois vainqueur cette année en Australie), Jurgen Roelandts attendu sur les courses flamandes (même si le Belge devrait être absent plusieurs semaines après s'être blessé aux cervicales mardi) et ses compatriotes Jelle Vanendert et Jurgen Van den Broeck pour les Ardennaises et les Tours, Lotto possède en effet sur papier un effectif équilibré.

"Avec Gilbert, tous les coureurs, je dis bien tous, étaient concentrés du kilomètre zéro jusqu'à la limite de leurs forces pour l'aider. Ils savaient que la victoire était au bout pratiquement à chaque fois", expliquait récemment Sergeant au journal Le Soir. "Aujourd'hui, ces coureurs vont rouler pour eux-mêmes. Je pense surtout à Vanendert", assure Sergeant à propos du vainqueur de la 14e étape du Tour de France 2011, en juillet dernier au Plateau de Beille. "Jelle a accompagné Philippe dans toutes les finales l'an dernier. Pourquoi, en étant lui-même protégé, ne pourrait-il pas en faire autant ?", espère le manager sportif.

"Pas rouler contre Gilbert"

Vanendert pointe les classiques ardennaises et surtout des étapes du Tour de France. "Mon statut a changé après ma victoire au Plateau de Beille", déclare-t-il. "Le Tour 2012 me donnera plus d'occasions de gagner qu'en 2011. Il y a beaucoup de cols, que je vais négocier en duo avec mon coéquipier Jurgen Van den Broeck". Ce dernier, malchanceux en 2011, visera une place dans le Top 5 sur la Grande Boucle avant, peut-être, de viser la victoire à la Vuelta. "Les deux objectifs ne sont pas incompatibles", assure-t-il. Mais pour alimenter le compteur de victoires, Lotto misera surtout sur Greipel.

"Je maintiens qu'homme contre homme, notre Allemand (qui sera épaulé par l'Australien Greg Henderson, transféré de la formation Sky) est aussi fort que Mark Cavendish", déclare Sergeant. "L'an dernier, il a remporté onze succès qui ont été occultés par les démonstrations de Philippe Gilbert. A 29 ans, il est au sommet physiquement et je suis persuadé qu'il est capable de remporter une grande classique", pronostique le manager sportif. L'effectif de Lotto reste très majoritairement belge (18 coureurs sur un total de 28), le sponsor principal (la Loterie nationale) mettant toujours l'accent sur la formation, dans l'espoir de dénicher un jour un nouveau Philippe Gilbert. Un coureur qui n'a laissé que de bons souvenirs et à qui Marc Sergeant adressait récemment "un message" dans Le Soir: "Nous ne roulerons pas contre lui en 2012. Nous tenterons en revanche de l'accompagner et, qui sait, de le battre".

AFP