Liège-Bastogne-Liège
Liège-Bastogne-Liège | MICHEL KRAKOWSKI / BELGA MAG / BELGA/AFP

Liège-Bastogne-Liège, la dernière chance belge

Publié le , modifié le

Ultime rendez-vous des classiques ardennaises, le mythique parcours accidenté de Liège-Bastogne-Liège sera comme tous les ans, dimanche (à 16h05 sur France 3 et Francetv sport), la scène d'une lutte âpre et indécise. La Doyenne laissera-t-elle enfin un coureur belge lever les bras en vainqueur cette année ?

Point d'orgue de la campagne des classiques de printemps, la plus ancienne des courses cyclistes représente le dernier espoir "d'un printemps qui tourne lentement au désastre". La formule est du quotidien belge La Dernière Heure, dépité par le bilan de ses coureurs nationaux cette saison. De Milan-Sanremo au Tour des Flandres, de Paris-Roubaix à la récente Flèche Wallonne, la Belgique si dominatrice l'an passé affiche en 2013 un palmarès vierge. Même sur les semi-classiques. Une première dans l'histoire.

Philippe Gilbert comme meilleur recours

Les pépins physiques de Tom Boonen, qui avait remporté 4 courses l'an passé, jouent évidemment un rôle important dans la déception du public belge. Ce dernier a vu Fabien Cancellara et Peter Sagan dominer outrageusement les plus prestigieuses classiques, au détriment notamment de Philippe Gilbert. Le champion du monde avait beau pressentir ce coup de moins bien ("Il faut en profiter, cela ne durera pas des années", déclarait-il l'an passé après la série de victoires belges), il se veut rassurant avant ce week-end, et croît en sa dernière chance. "Ma forme est bonne et ma motivation est maximale", a-t-il prévenu. "Il faudra compter sur moi".

Après Moreno, Purito ?

Gilbert, dont le départ était menacé par la plainte d'associations écologiques contre une vingtaine de coureurs, portera dimanche l'espoir de tout un pays avec l'étiquette de favori de l'édition 2013 de Liège-Bastonne-Liège. Mais il ne sera évidemment pas seul. Joaquim Rodriguez, dominé par son coéquipier Daniel Moreno mercredi sur la Flèche Wallonne, explique que la Doyenne est "le seul monument (qu'il) puisse réellement prétendre gagner". Maxim Iglinsky, tenant du titre, et Vincenzo Nibali, vainqueur du tour du Trentin cette semaine, partiront dans le même état d'esprit. Côté tricolore, Pierre Rolland semble être le plus à même de créer la surprise parmi les plus costauds du peloton.

Dans cette course de légende taillée pour les puncheurs, le vainqueur sera comme toujours le plus explosif et le plus polyvalent du jour, capable de faire la différence dans les onze difficultés du parcours. C'est comme ça qu'Eddy Merckx l'a remportée à cinq reprises dans sa carrière. Un record que la Belgique ne reverra pas de sitôt.

SUIVEZ EN DIRECT VIDEO LIEGE-BASTOGNE-LIEGE