Alejandro Valverde
Alejandro Valverde détient le record de victoires sur la Flèche Wallonne. | KENZO TRIBOUILLARD / AFP

A Liège-Bastogne-Liège, Alejandro Valverde prêt pour un nouveau sacre

Publié le , modifié le

Alejandro Valverde règne en maître sur les classiques des Ardennes. Il a de nouveau prouvé sa supériorité mercredi, lorsqu’il s’est imposé à la Flèche Wallonne. L’Espagnol de la Movistar, favori au départ de la course, a maîtrisé ses adversaires pour célébrer un quatrième succès en haut du Mur de Huy. Et il espère rééditer l'exploit, dimanche, lors de la 102e édition de Liège-Bastogne-Liège, la Doyenne des ardennaises, qu’il a déjà remporté à trois reprises.

Il a beau être espagnol, il est le roi des Ardennes. Alejandro Valverde l’a de nouveau démontré, mercredi, en remportant la Flèche Wallonne pour la quatrième fois de sa carrière (un record). Et il pourrait encore asseoir son autorité, dimanche, à Liège-Bastogne-Liège. Déjà sacré trois fois au terme de la Doyenne (2006, 2008, 2015), le coureur de la Movistar pourrait égaler Eddy Merkx, huit fois vainqueur d’Ardennaises (trois Flèche Wallonne et cinq Liège-Bastogne-Liège), s’il s’impose à Liège.

Un sacre "historique"

Le règne de Valverde débute en 2006, lorsqu’il double pour la première fois victoire à la Flèche Wallonne et succès à Liège. Deuxième en 2007 au terme de la Doyenne, vainqueur l’année suivante, l’Espagnol connaît ensuite une période creuse sur les Ardennaises, à laquelle s’ajoute sa suspension de deux ans pour dopage. Certains le voient déjà déchu. Lui prouve qu’il est toujours un solide prétendant au trône sur les classiques des Ardennes, lorsqu’il termine troisième de Liège-Bastogne-Liège en 2013. L’année suivante, il monte sur la deuxième marche du podium. Avant de réaliser un nouveau doublé Flèche-Liège en 2015. Le roi est de retour.

Un statut qu’il confirme encore cette saison. Le souverain des Ardennes a survolé la 80e édition de la Flèche Wallonne, inscrivant son nom dans la légende en devenant le premier coureur à inscrire quatre fois son nom au palmarès de la classique. "C'est historique pour moi, a-t-il déclaré à l’issue de la course. Je trouve important de laisser une trace dans l'histoire d'une telle course. Et aussi de laisser une trace dans l'histoire du cyclisme."

"De vrais espoirs de succès"

Et s’il est prêt à rééditer l'exploit dimanche, à Liège, il ne risquera pas de compromettre sa participation au Giro, dont il prendra le départ pour la première fois de sa carrière le 6 mai prochain. "Je me présenterai au départ de Liège-Bastogne-Liège avec de vrais espoirs de succès mais en évitant de mettre en péril le Giro. Je débuterai avec l'avantage d'avoir remporté la Flèche." Ce sont les conditions climatiques qui inquiètent le roi Valverde. "On annonce une dégradation des conditions météo. Ce sera dur pour tout le monde. Je ne crains pas le froid. Ce que je redoute, c'est la pluie."

Le suzerain, qui fêtera ses 36 ans lundi, s’appuie sur son expérience pour dominer ses rivaux. Meilleur coureur de classiques ardennaises de sa génération, entouré d’une équipe qui lui est entièrement dévouée, il allie sens tactique, connaissance du parcours et rapidité. Valverde constitue aujourd’hui le dernier obstacle à l’avènement d'autres coureurs sur les Ardennaises, comme le Français Julien Alaphilippe, son dauphin lors des deux dernières éditions de la Flèche Wallonne et lors de la Doyenne, l’an dernier.

A lire aussi : Julian Alaphilippe, terreur française des Ardennaises 

L’Espagnol n’est donc pas prêt à abdiquer. Ses héritiers peuvent encore patienter avant qu’il ne leur lègue son royaume. Car il l’a annoncé : "Tant que je serai pro, je roulerai la Flèche et Liège-Bastogne-Liège. Ça, c'est une certitude".

Elodie Troadec