Big Mat
Le maillot de l'équipe Big Mat, en 2002 | AFP - THOMAS BREGARDIS

L'ex-médecin de BigMat toujours en garde à vue

Publié le , modifié le

L'ex-médecin, Philippe Bedoucha, de l'équipe cycliste BigMat-Auber93, qui réunit professionnels et amateurs et qui a participé au Tour de France à la fin des années 90, est toujours placé en garde à vue depuis mardi dans une enquête sur un possible réseau de dopage, a-t-on appris de sources concordantes.

Le médecin "nie en bloc"

En charge de la filière haut niveau chez cette équipe qui a disputé le Tour de France à la fin des années 90, cet ex-médecin généraliste est interrogé à Créteil dans les locaux de la Sûreté départementale du Val-de-Marne, a-t-on indiqué de mêmes sources. La justice le soupçonne d'avoir notamment fourni de l'EPO et des hormones de croissance à des coureurs de son équipe entre 2007 et 2010. "Des éléments probants ont été saisis à son domicile", a-t-on précisé. "Il nie en bloc", a ajouté une source judiciaire, affirmant que sa garde à vue avait été prolongée mercredi en attendant la désignation d'un juge d'instruction.

Menée dans la plus grande discrétion, l'enquête avait été ouverte par le parquet de Créteil en janvier 2010 après des dénonciations de coureurs amateurs de BigMat, une équipe actuellement de second rang dans le circuit professionnel mais qui a régulièrement participé au Tour de France entre 1996 et 2001. Interpellé et placé en garde à vue lundi, un cycliste amateur de BigMat, sapeur-pompier de profession, a été remis en liberté mercredi et pourrait être convoqué ultérieurement par le juge d'instruction en vue d'une possible mise en examen, a estimé la source judiciaire.

Sept cyclistes professionnels entendus

Au total, dix cyclistes, dont sept professionnels, ont été entendus récemment par les enquêteurs, pour l'heure en qualité de témoins et en audition libre. "En fonction de la progression de l'enquête, certains pourraient très bien faire l'objet de poursuites à l'avenir", a estimé une autre source proche du dossier. Selon cette source, les professionnels n'ont pas été "très prolixes" devant les enquêteurs. En revanche, deux coureurs amateurs ont reconnu avoir fait usage de produits dopants, a précisé la même source.