Grégory Baugé, Kévin Sireau et Michael d'Almeida, une belle triplette
Grégory Baugé, Kévin Sireau et Michael d'Almeida, une belle triplette | AFP - ANDREW YATES

Les pistards français s'éclatent

Publié le , modifié le

L'équipe de France a été sacrée championne du monde de vitesse par équipes sur la piste d'Apeldoorn aux Pays-Bas. La France, avec Grégory Baugé, Kévin Sireau et Michael d'Almeida, a récupéré son titre en battant en finale l'Allemagne ce mercredi soir. A noter la médaille d'argent de Sandie Clair sur 500 m et le bronze de Morgan Kneisky en scratch. Ce qui fait fait déjà trois médailles pour la délégation tricolore.

La France à vitesse grand V

La France, avec Grégory Baugé, Kévin Sireau et Michael d'Almeida, a triomphé en finale de l'Allemagne. Les trois Français ont pris leur revanche sur l'équipe allemande qui les avait battus en finale l'an passé à Copenhague pour 2 centièmes de seconde. Cette fois, le trio français, avec d'Almeida très impressionnant au poste de finisseur, a dominé son adversaire (Enders, Levy, Nimke) de plus de 6 dixièmes de seconde pour retrouver l'or.

Grégory Baugé, 26 ans, a enlevé son cinquième titre mondial dans cette épreuve. Le Guadeloupéen, sacré à deux reprises en individuel (2009 et 2010), est l'inamovible démarreur, un poste décisif, du trio français vainqueur de 2006 à 2009. Kévin Sireau, 23 ans, a remporté sa troisième médaille d'or après celles de 2008 et 2009. Michael d'Almeida, 23 ans lui aussi, est monté pour la première fois sur la plus haute marche du podium, un an après être passé de très près à côté du bonheur à Copenhague. Pour la médaille de bronze, la Grande-Bretagne (Kenny, Hoy, Crampton) a battu l'Australie (Ellis, Niblett, Sunderland). Depuis 2006, la France n'a laissé échapper l'or qu'une seule fois aux Mondiaux. Elle a également décroché l'argent aux JO de Pékin où elle n'avait rien pu faire contre la Grande-Bretagne.

Clair un poil trop court

Panarina, pas Clair ! La Bélarusse Olga Panarina a remporté devant la Française Sandie Clair le 500 m dames, le premier titre décerné au vélodrome d'Apeldoorn. Panarina, qui a décroché son premier titre mondial, a devancé Sandie Clair de 2 centièmes de seconde, dans le temps de 33 sec 89/100. La médaille de bronze est revenue à l'Allemande Miriam Welte. Les Australiens enlèvent la poursuite par équipes, Tatsiana Sharakova la course aux points.

La poursuite est australienne

L'Australie, emmenée par Jack Bobridge, a conservé son titre de la poursuite par équipes. Jack Bobridge (21 ans), Rohan Dennis (20 ans), Luke Durbridge et Michael Hepburn (19 ans) composaient la très jeune équipe "aussie" qui a bouclé les 4 kilomètres dans le temps officieux de 3 min 57 sec 832. Le quatuor australien a battu en finale son homologue russe (Alexey Markov, Evgeny et Ivan Kovalev, Alexander Serov). La médaille de bronze est revenue à la Grande-Bretagne (Burke, Harrison, Kennaugh, Tennant). Vivien Brisse, Benoît Daeninck, Julien Duval et Julien Morice ont fait le 12e temps des qualifications pour la France. Dans les dix dernières éditions de la poursuite par équipes aux Mondiaux, l'Australie s'est imposée à six reprises.

Sharakova aux points

Tatsiana Sharakova a donné au Belarus son deuxième titre en remportant la course aux points dames. La Slave, seule concurrente à avoir pris un tour à ses adversaires, a battu la Tchèque Jarmila Machacova et l'Italienne Giorgia Bronzini, au terme des 25 kilomètres entrecoupés de 10 sprints. La Bélarusse, âgée de 26 ans, avait décroché l'an passé la médaille de bronze dans cette course qui a été rayée du programme olympique des prochains JO de Londres. La Bretonne Pascale Jeuland, qui avait finalement pu être engagée par la France après le désistement d'un autre pays, a abandonné dans la première moitié de course.

Kwok gagne, Kneisky s'affirme

Le représentant de Hong-Kong Kwok Ho Ting a remporté le scratch, devant l'Italien Elia Viviani et le Français Morgan Kneisky.Kwok a attaqué dans les dix derniers tours de la course longue de 15 kilomètres. Il a résisté à la poursuite de Viviani, l'un des espoirs du cyclisme italien. Kneisky, sacré en 2009, a décroché la médaille de bronze devant le Colombien Carlos Alberto Uran.

Réactions

Sandie Clair (FRA), 2e du 500 m dames: "Je suis déçue. Les meilleures n'étaient pas toutes inscrites et mon but était de gagner. Quand je repense à ma course, je me dis que j'ai fait des erreurs, que j'aurais pu prendre un peu de temps là ou là. J'aurais pu faire mieux que la médaille d'argent."

Morgan Kneisky (FRA), 3e du scratch messieurs: "Je me suis surpris. Je ne savais pas trop où j'en étais de ma condition après mon début de saison sur route. J'étais arrivé au stage fatigué. J'ai pris un plus gros braquet que d'habitude et finalement je me sentais très fort. Je n'y croyais pas. Je me suis souvent retrouvé à boucher les trous. Dans le final, j'ai préféré assurer une médaille plutôt que de partir en chasse derrière le coureur de Hong Kong. Je surveillais Cameron Meyer mais il devait être dans un jour sans. J'étais venu pour avoir au moins une médaille de bronze, c'est bien. La course aux points ? ça devrait aller (grand sourire)."

Kévin Sireau (FRA), vainqueur de la vitesse par équipes: "Au premier tour, je me suis fait un peu surprendre (par Baugé au démarrage). La seconde fois, j'avais confiance en moi et j'ai réussi à tenir. Nous avons réussi à nous concentrer sur l'objectif qui était de reprendre le maillot, ça fait une petite revanche après la finale de l'an passé. C'est une médaille que je dédie à mon fils qui est né à la fin de l'année dernière. On a beaucoup travaillé pour la vitesse par équipes et ça a payé, ça nous met en confiance. Il nous reste à avoir cette place à Londres."

Michael d'Almeida (FRA), vainqueur de la vitesse par équipes: "C'est mon premier titre, et c'est un gros soulagement. J'ai une place (de finisseur) qui n'est pas facile, autant psychologiquement que physiquement. C'est le poste où il y a le plus de contraintes. Alors, quand tout va bien, on ne peut que s'en féliciter. On est récompensé de tout le travail accompli. L'an dernier, je ne pouvais pas cacher ma déception alors que j'avais réalisé le meilleur temps du troisième tour."

Florian Rousseau
(entraîneur de Grégory Baugé et Michael d'Almeida): "Les trois avaient très envie de gagner. L'an dernier, ils faisaient la gueule sur le podium, ils étaient très déçus. Cette fois, nous avons mis en place d'autres exercices pour que Greg (Baugé) retrouve ses sensations au démarrage. Michael d'Almeida ? il a un très gros potentiel. Dans la vitesse par équipes, il est incontournable."

Résultats

500 m dames - Finale:
1. Olga Panarina (BLR) 33.896
2. Sandie Clair (FRA) 33.919
3. Miriam Welte (GER) 34.496

Poursuite par équipes messieurs
Finale: Australie 3:57.832 (60,546 km/h) (Jack Bobridge, Rohan Dennis, Luke Durbridge, Michael Hepburn) bat Russie 4:02.229 (Evgeny Kovalev, Ivan Kovalev, Alexey Markov, Alexander Serov)
Pour la 3e place: Grande-Bretagne 4:02.781 (Steven Burke, Samuel Harrison, Peter Kennaugh, Andrew Tennant) bat Nouvelle-Zélande 4:05.977 (Sam Bewley, Peter Latham, Marc Ryan, Jesse Sergent)

Course aux points dames - Finale (25 km - 10 sprints):
1. Tatsiana Sharakova (BLR) 30 points (45,306 km/h)
2. Jarmila Machacova (CZE) 20
3. Giorgia Bronzini (ITA) 14

Scratch - Finale (15 km - 60 tours):
1. Kwok Ho Ting (HKG) (51,495 km/h)
2. Elia Viviani (ITA)
3. Morgan Kneisky (FRA) 

Vitesse par équipes messieurs - Finale:
France 43.867 (Grégory Baugé, Kévin Sireau, Michael d'Almeida) bat Allemagne 44.483 (Rene Enders, Maximilian Levy, Stefan Nimke)
Pour la 3e place: Grande-Bretagne 44.235 (Jason Kenny, Chris Hoy, Matthew Crampton) bat Australie 45.241 (Daniel Ellis, Jason Niblett, Scott Sunderland)