Lance Armstrong en jaune et son équipe US Postal sur le Tour 2004
Lance Armstrong en jaune et son équipe US Postal sur le Tour 2004 | JOEL SAGET / AFP

Les faits à charge contre Armstrong et l'US Postal

Publié le , modifié le

L'Agence américaine antidopage (Usada) a publié mercredi un dossier accablant contre l'US Postal et Lance Armstrong, pourtant jamais officiellement contrôlé positif, et qu'elle a transmis à la Fédération internationale cycliste (UCI) et l'Agence mondiale antidopage (AMA). Voici les principaux points du dossier à charge de l'Usada contre l'équipe US Postal et Armstrong sur la base des déclarations de ses anciens coéquipiers.

Recours à des hormones de croissance, de l'EPO, de la testostérone

- Les coureurs de l'US Postal utilisaient de l'EPO, de la testostérone, des hormones humaines de croissance et de la cortisone, selon les témoignages de George Hincapie, Tyler Hamilton, Frankie Andreu et Jonathan Vaughters, et d'Emma O'Reilly, une employée de l'équipe;
- Armstrong demande à O'Reilly de se débarrasser des seringues après le Tour des Pays-Bas 1998;
- Hincapie et Hamilton affirment qu'ils savaient qu'Armstrong prenait de l'EPO dès début 1998, Vaughters confirmant qu'Armstrong l'utilisait au Tour d'Espagne en s'injectant de l'EPO dans une chambre d'hôtel;
- Vaughters et Christian Van de Velde affirment avoir vu un médecin apporter du sérum physiologique à Armstrong pour qu'il échappe à un contrôle positif;
- Hamilton témoigne avoir vu Armstrong prendre de l'EPO au Tour de France 1999, se faire prendre le sang avant le Tour 2000 et recevant une auto-transfusion pendant l'épreuve;
- Armstrong offre à Hamilton de l'EPO stocké dans un réfrigérateur de la ville de Nice (France), en mai 1999;
- Hamilton affirme avoir vu Armstrong prendre de l'EPO au Tour 1999 tous les trois ou quatre jours;

L'UCI promet une réponse rapide, Armstrong joue la tranquillité
Au lendemain de la publication du rapport, l'Union cycliste internationale, seule à pouvoir étendre les sanctions de l'USADA au monde entier, a indiqué qu'elle "examinera toute les informations reçues afin de considérer les questions d'appel, de reconnaissance, de compétence et de prescription, dans le délai d'appel de 21 jours, requis par le Wolrd Anti-Doping Code". L'UCI devra alors dire si elle retire à Lance Armstrong ses 7 Tours de France. De son côté, l'Américain a réagi sur Twitter, "Qu'est-ce que je fais ce soir? Je passe du temps avec ma famille, pas affecté, et je pense à ça".

Armstrong positif à l'EPO sur le Tour 1999

- Le test des urines d'Armstrong du Tour 1999 révèle des traces d'EPO dans six échantillons;
- Hamilton affirme que pour le Tour 2000, lui et Armstrong étaient passés de l'EPO au dopage sanguin à Valence, en Espagne;
- Hincapie affirme qu'en 2000 Armstrong avait admis prendre de la testostérone et qu'Armstrong avait quitté une course après qu'Hincapie lui signale la présence des inspecteurs de l'antidopage à leur hôtel;
- Hamilton affirme qu'il se trouvait avec Armstrong quand ils recevaient une auto-transfusion sanguine dans un hôtel, le 11 juillet 2000;
- Selon Hincapie, ses discussions avec Armstrong montraient clairement qu'Armstrong utilisait l'auto-transfusion sanguine de 2001 jusqu'en 2005;
- Armstrong envoyait de l'EPO à Hamilton EPO par la poste en 2001, témoigne Hamilton;
- Hamilton affirme se souvenir du Dr Ferrari disant à Armstrong qu'il pouvait continuer à prendre de l'EPO en 2001 s'il ne prenait que des petites doses tout en dormant sous une tente d'altitude, ce qui augmente la production naturelle d'EPO;

Armstrong à nouveau testé positif en 2001

- Hamilton et Floyd Landis affirment qu'Armstrong leur avait signalé son contrôle positif au Tour de Suisse 2001 et qu'il avait payé l'UCI pour faire disparaître l'échantillon. Un médecin témoignant devant l'Usada affirme qu'Armstrong avait été contrôlé positif à l'épreuve;
- Hamilton témoigne avoir vu Armstrong utiliser de la testostérone et Landis dit qu'Armstrong lui en avait donnée en 2002;
- Landis voyait Armstrong se faire une auto-transfusion la nuit avant un contre-la-montre au Tour de France 2002;
- Landis dit qu'Armstrong lui avait demandé de surveiller ses sacs de sang réfrigéré en 2003, voyait le sang réinjecté à Armstrong. Armstrong prenait de l'EPO pour masquer l'auto-transfusion;
- Landis dit qu'Armstrong lui avait donné une boîte de seringues d'EPO en 2003;
- Landis dit avoir vu Armstrong recevoir une transfusion sanguine et de l'EPO deux fois au Tour de France 2004. Leipheimer et David Zabriske affirment que Landis les avait informé de ces actes en 2004 et 2005;
- Hincapie dit avoir vu Armstrong se faire une auto-transfusion sanguine au Tour de France 2005 et qu'Armstrong administrait de l'EPO à Hincapie la même année avant la course.

Voir la video

Voir la video

Voir la video

AFP