L'équipe AG2R La Mondiale
L'équipe AG2R La Mondiale a réussi sa saison, aussi bien individuellement (victoire sur Paris-Nice, podium sur le Tour), que collectivement (meilleure équipe de la Grande Boucle). | ERIC FEFERBERG / AFP

Les équipes françaises ont le vent en poupe

Publié le , modifié le

De nombreux français ont levé les bras cette saison, pour le plus grand bonheur de leurs équipes. Que ce soit sur des manches de Coupe de France, ou des Grands Tours, chaque formation a su tirer son épingle du jeu, en restant à son niveau. Ou en allant plus haut que prévu, comme AG2R La Mondiale et FDJ.fr.

Les équipes World Tour

AG2R La Mondiale est incontestablement la meilleure équipe française cette saison. Quatrième du classement mondial UCI par équipes, la formation savoyarde est parvenue à s'imposer parmi les grosses écuries du type Sky, Tinkoff-Saxo... Les hommes de Vincent Lavenu ramènent notamment dans leur musette la victoire finale sur Paris-Nice, grâce au Colombien Carlos Betancur, ainsi que deux victoires d'étapes. Mais c'est surtout sur le Tour de France qu'AG2R a brillé, en plaçant l'inoxydable Jean-Christophe Peraud sur le podium des Champs-Elysées. Deuxième derrière Nibali, et devant Thibaut Pinot, cet ingénieur de 37 ans est le premier Français à terminer dans le top trois depuis Virenque en 1997 (deuxième lui aussi, derrière Jan Ulrich). Une incroyable performance, que l'on peut compléter par la 6e place au général du jeune Romain Bardet, pas encore 24 ans, et déjà deux places dans les dix premiers du Tour, en autant de participations. Blel Kadri montre lui aussi le maillot bleu et brun de la formation, en remportant la huitième étape. Cerise sur le gâteau, l'équipe remporte le classement par équipes, au nez et à la barbe des autres World Tour. On peut également citer Alexis Gougeard, qui pour sa première saison chez les pros remporte deux manches de la Coupe de France 2014 (Classic Loire Atlantique et les Boucles de l'Aulne), mais aussi Samuel Dumoulin, toujours présent à 34 ans.


Même constat chez FDJ.fr, qui a également eu le droit aux honneurs du podium protocolaire sur les Champs-Elysées, en juillet dernier. Pour cela, la formation de Marc Madiot peut remercier Thibaut Pinot, finalement troisième du Tour. Mais elle  n’a pas seulement brillé sur les routes de la Grande Boucle, car Nacer Bouhanni et ses coéquipiers se sont chargés de représenter au mieux l’équipe au trèfle bleu sur les routes du Tour d’Italie et du Tour d’Espagne. Au final, le Nancéien en ressort avec trois victoires d’étapes sur le Giro, plus le maillot rouge de meilleur sprinteur, et deux autres bouquets sur la Vuelta. Un joli score qui confirme la montée en grade du coureur lorrain, en partance pour Cofidis, au sein du sprint mondial. Cette saison, la FDJ .fr s’est à nouveau parée de deux maillots tricolores : celui du cyclo-cross pour Francis Mourey, mais aussi celui de Demare en juin dernier à Poitiers, remporté au sprint devant…. Bouhanni. Au final, les hommes en bleu ont empoché 33 victoires cette saison ; un bilan très satisfaisant, qui pourrait bien être amélioré l'année prochaine. En effet, malgré le départ de Bouhanni, Marc Madiot enregistre l’arrivée dans ses rangs de Kévin Reza, et des néos-pros Lorenzo Manzin et Marc Sarreau, trois sprinteurs qui auront cœur à enchaîner les victoires.


C'est une équipe que nous avons l'habitude de voir à l'avant de la course. Pourtant, Europcar s’est faite plus discrète cette saison. Son leader Thomas Voeckler vient de réaliser une saison blanche, la faute à deux fractures de la clavicule, avant le Tour Down Under (en janvier) et le Tour du Limousin (août). Les hommes de Jean-René Berneaudeau se sont tout de même illustrés sur le Tour d’Italie où Pierre Rolland termine à une superbe quatrième place du classement général, après avoir été à la lutte avec les Quintana et compagnie. Le coureur de 28 ans a bien failli rentrer dans le top 10  d’un autre Grand Tour cette saison : il termine finalement 11e du Tour de France. Le jeune Bryan Coquard a rajouté quelques lignes à son palmarès, en remportant notamment Paris-Camembert, et la Route Adélie. L’équipe vendéenne a tout de même fait parler d’elle cette saison, en engageant le Namibien Dan Craven, 31 ans, à la fin du mois de mai.

Les équipes Continentales Pros

Cofidis termine la saison 2014 avec en poche la Coupe de France, grâce à Julien Simon. Ce dernier signe un beau retour en force puisqu’il remporte également le Grand Prix de Plumelec, devant son coéquipier Luis Angel Mate. Autre belle victoire de la formation cette saison, celle d’Adrien Petit, sur le Tro Bro Léon.  L’an prochain, la formation aux couleurs rouges espère bien engranger les victoires ; et pour cela, elle pourra compter son sa nouvelle recrue, qui n’est autre que Nacer Bouhanni. Venu avec trois autres coureurs, ce transfert complète six autres arrivées dans l’équipe. Un grand bouleversement (dix arrivées, dix départs) pour espérer obtenir de grandes victoires.

Quant à Bretagne-Séché Environnement, s'ils n'ont peut-être pas remporté beaucoup de victoires (six seulement au compteur), ce n’est pas pour autant que leur saison n’est pas bonne. Les coureurs d’Emmanuel Hubert empochent la Coupe de France par équipes, et concluent la saison par une belle victoire d’Armindo Fonseca sur le Tour de Vendée.  Mais surtout, les Bretons ont découvert cette année le Tour de France. Présents à l’avant sur toutes les étapes, avec un coureur bien placé au général (Brice Feillu, 16e), l'équipe n'avait pas d'autres objectifs que celui de se montrer à l'avant de la course. A elle de confirmer maintenant en 2015, où les arrivées de Fédrigo et Hutarovich (entres autres), devraient ramener plus de victoires.

Les équipes Continentales 

Bigmat – Auber 93 s’est faite remarquer cette saison grâce à Stéphane Rossetto, vainqueur des Boucles de la Mayenne, mais aussi de Flavien Dassonville, deuxième du Tro Bro Léon. 2014 rimait également avec le retour de Rémi Di Grégorio au sein de la Pomme Marseille. Ce dernier s’est d’ailleurs imposé sur le Tour de Taïwan. Quant à Roubaix-Lille-Métropole, les jeunes Quentin Jauregui et Jimmy Turgis ont réussi à se démarquer sur quelques coupes de France (Jauregui troisième notamment de la Polynormande).

Avec 62 victoires cette saison, le bilan des équipes françaises en cette fin 2014 est bon. Certaines formations ont réussi à s'imposer au plus haut-niveau, et continuent de progresser dans ce but. Ce qui a peut-être creusé quelques écarts avec les formations continentales françaises, qui parviennent tout de même à exister à leur niveau. 


Mathilde L'Azou

francetv sport @francetvsport